et vous , zen pensez koi??

Questions que les hommes ont envie de poser aux mères de famille ou plus générélament aux femmes...

Message non lude siane » Mardi 13 Oct 2009, 10:25

Pour info, le congés parental comptait en France moins de 2% d'hommes en 2006... Je ne désigne pas de coupable sur cet état de fait. Mais ça ne sert à rien de se voiler la face, la société est ce qu'elle est et l'environnement sociale est lourd à porter.

Bellec, je comprends votre colère mais mes propros parlent d'un état d'esprit général. Ce que l'on voit à travers la pub, les films, l'école, l'entourage, etc... Cela ne reflète pas mes propres pensées.
siane
Posteur arrivant
 
Messages: 18
Inscription: Mardi 1 Sep 2009, 8:50
Localisation: 38

Message non lude bâtisseur » Mardi 13 Oct 2009, 20:27

mais qui nous a conditionnés à voir les femmes comme des objets de consommation valorisants,

à se défoncer au boulot (ou faire semblant de) pour jouer son rôle de grand guerrier remplisseu de frigo et tondeur de gazon??

à considérer les femmes comme des produits de confort ou de prestige,

comme des plantes vertes posées dans l'entreprise pour stimuler la téstostérone qui nous divise en ne voyant en l'autre qu'un challenger prêt à piquer nios femmes et nos jobs?

qui nous a fait comprendre qu'élever les enfants c'était un truc de femmes, pas capables de faire autre chose alors que nous , on pouvait "réussir"

ce pourquoi les femes ont du se battre pour "faire leurs preuves"

voila, le siècle du pétrole et ses inductions mentales aussi débilitantes que possible.

à qui a profité ce crime en fait...pas aux français , non, mais à ceux qui les exploitent par marionettes élues interposées.

oui, siane , il y a du poids social et je te remercie de penser différement.

les parents des deux sexes devraient s'unir pour qu'un avenir moins truqué s'ouvre à leurs enfants, mais n'est il pas déjà trop tard..diviser pour mieux regner..c'est joué!!
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude lalia » Samedi 17 Oct 2009, 13:02

bâtisseur a écrit:mais qui nous a conditionnés à voir les femmes comme des objets de consommation valorisants,

à se défoncer au boulot (ou faire semblant de) pour jouer son rôle de grand guerrier remplisseu de frigo et tondeur de gazon??

à considérer les femmes comme des produits de confort ou de prestige,

comme des plantes vertes posées dans l'entreprise pour stimuler la téstostérone qui nous divise en ne voyant en l'autre qu'un challenger prêt à piquer nios femmes et nos jobs?


Oui, qui? J'avoue que la question est intéressante mais quelle est votre opinion à ce sujet?
lalia
Posteur arrivant
 
Messages: 13
Inscription: Vendredi 15 Mai 2009, 15:54
Localisation: Paris

Re: et vous , zen pensez koi??

Message non lude lalia » Samedi 17 Oct 2009, 14:55

Voilà mes réponses à ce sondage-débat très intéressant

bâtisseur a écrit:Que pensez vous de la disparité des magistrats aux affaires familialles. cela vous choque?


Historiquement la partie "juges aux affaires familiales" (juges des enfants etc.) était le "bas-fond" de la justice, la partie peu honorable, ainsi les femmes accédaient plus facilement à cette fonction qu'aux autres fonctions de magistrature car les hommes leur laissaient facilement cette place (fonction peu reluisante, avec peu d'aura). Ca peut choquer mais c'est pourtant la réalité historique de la profession!! Ceci explique la sur-représentation des femmes chez les JAF, tout comme la sous-représentation des femmes dans les hautes fonctions de la magistrature. Donc oui cela me choque, parce que la justice familiale me paraît un sujet à placer en haut des priorités alors je comprends mal pourquoi c'était vu comme de la justice un peu de "bas étage" et des fonctions peu valorisantes et valorisées.

bâtisseur a écrit:Que pensez vous de la disproportion des résidences attribués aux parents de sexe féminins?


Il faudrait des chiffres pour y réfléchir. Savoir combien de pères en font réellement la demande et combien sont déboutés de cette demande. Je pense que beaucoup de pères ne veulent surtout pas de résidence alternée et encore moins de résidence principale de l'enfant (comme je disais sur l'autre post mallheureusemet les pères d'ici ne sont certainement pas représentatifs d'une majorité en france).
Pour l'exemple mon compagnon enfin ancien compagnon travaille jusqu'à 20h, parfois plus tard. La crèche ferme à 18h15, la nounou accepte 19h15, 19h30 exceptionnellement. Les écoles terminent à 16h ou 16h30. En résidence chez son papa notre enfant serait en périscolaire jusqu'au coucher et son père ne le verrait pas (il dormirait déjà quand il rentre), la matin il serait obligé de le lever plus tôt pour le déposer à la crèche. Je crois vraiment que l'enfant est-il mieux avec sa maman que des périscolaires le soir.
Pas mariés, pas de JAF et pas de jugement mais si on était marié et divorcés et passés au JAF, je pense que c'est évident qu'on m'aurait attribué la résidence principale et ça me paraît évident que l'enfant est mieux avec moi dans les conditions que j'ai décrites.
Pour tout vous dire c'est clair qu'il ne voudrait surtout pas de résidence de l'enfant, ça l'embêterait plus qu'autre chose.
Sans faire de mon cas une grossière généralisation je pense que la société actuelle est comme elle est, de toute ma carrière j'ai souvent vu beaucoup beaucoup d'hommes (mariés) rester tard le soir au bureau et disaient eux-mêmes que c'est la maman qui les récupéraient à l'école et s'en occupaient le soir (sans pour autant être de mauvais pères!). Donc beaucoup d'hommes et de papas accordent réellement une grande importance à la réussite professionnelle.
Donc je trouve que ce n'est pas très étonnant que la majorité des résidences soient attribuées aux mères, même si ça me choque dans le principe parce que j'aimerais bien que les papas soient tous comme vous et aient envie de passer du temps avec leurs enfants et préfèrent partir à 16h30 du bureau pour passer le reste de la journée à s'occuper de leurs enfants.
Mais c'est comme ça la société évolue mais tout doucement. Mais là encore il faudrait avoir des chiffres et faire des sondages pour savoir,

bâtisseur a écrit:ressentez vous un certain confort dans l'assurance de votre prédominance matriarcale ou non


Je ne sais pas ce que vous voulez dire? Je ne ressens pas du tout de prédominance matriarcale.
Par contre j'aurais été profondément choquée qu'on m'impose une résidence alternée en sachant que le petit allait être en périscolaire toute la semaine chez son père et qu'il ne l'aurait pas vu plus que s'il habite chez moi. Je ne vois pas l'intérêt dans ce cas de faire une RA ou une résidence principale chez le père.

bâtisseur a écrit:trouvez vous réellement injuste , un peu beaucoup passionnément le sort réservé aux pères.


C'est difficile de généraliser, surtout à partir de ce forum. J'ai une amie dont le papa de ses deux filles n'a jamais pris les filles pour son dvh classique, les appelle seulement à leur anniversaire tout ceci depuis 5 ans. La maman est inquiète pour les filles car le père est comme un fantôme qui peut resurgir à tout moment et détruire l'équilibre précaire qu'elle a avec ses filles sans pouvoir leur expliquer pourquoi le papa ne veut pas les prendre un peu (il dit toujours qu'il a du travail, qu'il est en déplacement, etc.). Pour fixer les choses elle a demandé qu'on lui retire l'autorité parentale parce qu'il est absent et qu'elle ne sait pas toujours comment le joindre. Mais malgré 5 ans d'absence elle a été déboutée, le papa a toujours l'autorité parentale et le dvh classique même s'il l'exerce pas, juste au cas où un jour il se réveillerait dans sa paternité et voudrait débouler à nouveau dans la vie de ses filles. Je trouve sur cet exemple que le sort du père n'est pas bien méchant, il fait ce qu'il veut, il n'est bien sûr pas puni pour son manquement parental et la maman ne peut absolument pas lui faire retirer ses droits bien sûr.
Donc je pense que le sort des pères on ne peut pas faire de généralité, ici certains pères sont victimes de comportements odieux de la part de leur ex femme qui les prive véritablement de leurs enfants et montent ceux-ci contre le père mais en dehors de vous qui vous battez pour voir vos enfants, je crois que les pères sont plutôt bien protégés. (désolée si je vou choque, je parle de cas en dehors de ce forum)

bâtisseur a écrit:approuvez vous ou réprouvez vous un peu beaucoup ou passionnément voire pas du tout le sort que les JAFS réservent aux enfants.


Je ne saurais pas généraliser sur ce sujet, à parcourir différents forums j'ai l'impression qu'il y a de tout, globalement c'est honnête mais ce sont surtout les extrêmes que l'on voit le plus, dans un sens comme dans l'autre.

bâtisseur a écrit:vous sentez vous concernées par l'attitude des femelles aliénats, un peu ..etc


Non

bâtisseur a écrit:seriez vous prêtes à militer pour défendre la cause d'une équité plus grande au profit des enfants
ou
auriez vous peur de voir disparaître une position prédominante même si elle est injuste.


Alors là je crois qu'il faut être très prudent sur la notion d'équité et aussi de profit des enfants.
Pour la position prédominante, je ne suis pas sûre de comprendre votre idée? Si c'est dire que la femme porte l'enfant en elle et le met au monde et que le lien physique et psychique est très fort, oui il y a une prédominance réelle mais elle est importante pour le petit (car nous sommes des mammifères), je pense que ce serait idiot de le renier, il y a des réalités qui me semblent difficiles à contester. Ca n'enlève rien à l'importance du papa bien sûr! Simplement elle s'exprime d'une autre manière.

Si équité c'est la résidence alternée : je ne sais pas pour vous mais moi j'ai eu l'occasion pendant des mois de vivre alternativement une à deux semaines ici et là entre deux endroits différents (pour le boulot) eh bien c'était horrible, je ne savais plus où j'habitais, je ne me sentais ni chez moi chez moi ni chez moi à l'autre endroit où j'étais logée. Je l'ai très mal vécu et personnellement je ne crois vraiment pas que ce soit une bonne solution pour les enfants. Moi en tant qu'adulte je l'ai mal vécu mais j'avais des armes pour me recentrer et ça n'a duré que quelques mois. Mais je ne l'aurais pas supporté des années. Et croyez moi je ne souhaite ça à personne, à part quelqu'un qui aurait vraiment la bougeotte!!
Je pense qu'un enfant en pleine construction a besoin d'une stabilité.

Rappelez-vous le "jugement de Salomon", avec la vraie mère qui prèfère se séparer de son enfant plutôt qu'il soit coupé en deux. Je pense qu'un véritable parent (papa ou maman) devrait laisser son enfant avoir une unité de lieu plutôt que de vouloir le découper entre deux faux "chez-lui".

Bref je ne sais pas trop ce que vous entendez par "prédominance".


bâtisseur a écrit:que feriez vous si vous étiez juges vous mêmes..


Alors là c'est clair je demanderais qu'on multiplie par au moins 10 les effectifs de JAF et compagnie, ils n'ont pas assez de temps pour étudier assez bien les dossiers.
lalia
Posteur arrivant
 
Messages: 13
Inscription: Vendredi 15 Mai 2009, 15:54
Localisation: Paris

Message non lude bâtisseur » Samedi 17 Oct 2009, 17:41

Il y aurait matière à débattre dans votre participation et je le ferais d'autant plus agréablement que vous me semblez de bonne foi.

mais je tiens à vous remercier pour le soin apporté à votre réponse.
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude bâtisseur » Dimanche 18 Oct 2009, 6:53

Finalement, quand un sujet vous passionne et qu'un interloccuteur crédible se présente...alors je reprend vos précédents écrits, lalia.

La question qui à créé la situation des femmes objets:

à mon sens, primo, ceux auquel elle a durablement profité, le sexe étant une des rares ficelles basiques de cette pauvre marionnette qu'est l'humain.

les courtisanes doivent dater.....de la cour,

cependant, je vois un crescendo entre la seconde guerre mondiale avec un pic dans les belles années du consumérisme, même si cela perdure de nos jours.

les pin -up ,destinées à limiter les tendances homosexuelles des G.I. exposés au charmes asiatiques loin de leur culture, se devaient de rappeler le standard des femmes blanches, en éxagérent les différences, longues jambes , très fortes poitrines, bref ce qui était politiquement correct de désirer.

avant même que les armes ne se soient tues, les publicitaires initiaux s'en servirent de principe pour envahir la conso des pays "libérés" ,ère industrielle oblige.

très vite repris par toute l'intelligentia, la "blonde " venait de naître et la belle et jeune compagne au QI inversement proportionnel aux bonnets du soutien gorge,devint l'indispensable accessoire de reconaissance de réussite sociale, elle fut, un long moment à l'homme puissant ce que le canniche est à la quinquagénaire...

les messieurs, moutonniers par excellence et prompts à singer ce que l'écran propose, agirent de même à leur niveau ,les esseulés ou nantis de matronnes baissant les yeux sous les regards narquois de leurs congénères dominants! :lol:

c'est aux femmes que l'on doit une sensible régression de cete attitude, car ce sont elles qui se sont élevées contre cette dérive qui laissait trop d'entre elles "hors normes" et limitait le respect du produit à son packaging.

nous sommes enfin parvenu à l'heure des procès pour harcellement sexuel, après des années de gymnastique maxillaire sur et dessous le mobilier de bueau offusqué!
même les hotels proche des complexes administratifs connurent leur heure d'nfluence ...a l'heure du repas!. :wink:
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude bâtisseur » Dimanche 18 Oct 2009, 7:57

Lalia, il y a dans votre second post bien des éléments de débat;

tout d'abord, merci d'avoir fait le distingo entre les pères de ce forum et ceux que vous évoquez en généralités.

je ne doute pas un instant de leur existence et de leur nombre bien trop élevé à mon goût. :?

l'historique justice familialle, nous sommes d'accord!

je viens de la découvrir avec consternation après tente six ans de paternité responsable, et comme vous, j'ai été choqué de voir qu'en tout et pour tout un juge, disposant de moins d'une heure, était chargé de trancher sur des années de destins à venr!!

quand je vois les effectifs ont dispoent les tribunaux administratifs, prudhommaux ,de commerce, je reste bouche bée devant le mépris de cette France pour sa cmposante principale, la famille, jeunesse incluse! lamentable!!
-------------------------------------------------------------------------------------
sur le lien psycho affectif , vestige de notre état de mammifère, contrairement à vous , je ne le systématise pas.
si dès la naissance , le lien est fort dans des conditions normales, il peut se prolonger le temps de l'allaitement.

mais un père aimant parlant à sa compagne est entendu de longs mois et sa voix reconnue.

dans mon cas, les soins à l'enfant se sont vite partagés et l'attachement envers moi aussi intense et vite supérieur,je pense donc que dès très tot l'enfant ncorpore des paramètres de bien être assexués, le calme des gestes, le son d'une voix calme et la qualité du raport font très vite partie du programme de son choix!
ce n'est d'aillers pas simple pour une mère de vivre ce partage qui se fait parfois en sa défaveur

le détachement est bien plus pénible pour elle que pour le nourisson!!

c'est de la ,à mon sens que viennent de nombreux problèmes ultérieurs et ou le facteur sociopro joue énormément.

Capacité de la mère à relativiser l'importance de son expériece de parturiance au regard de ce qui reste à accomplir( et c'est la que le paramètre "mammifère" perd tout son sens).

le prêt de son ventre ne donne aucun droit sur la vie qui en sort, puisque cette vient du partage de deux personnes et qu'elle n'appartient qu'a elle même.

lorsque l'un des deux part travailler, sur qu'il perd sa place de longues heures près de l'enfant (ce que je n'ai pas fait pour cette deuxième paternité)c'est ce qui alimente le débat sur l'attachement à la mère et entretien ce qui n'est en fait qu'une autre survivance du patriacat.

quid des enfants élevés par une nounou?
quid des hommes au foyer (trop rares hélas)car performants.

ce mythe est pernicieux car il maintient les femmes dans un sentiment de propriétaires (risque d'abus), d'une fausse supériorité de compétence.

pernicieux également car il entretient les pères dans une posture nuisible à l'enfant. focalisé sur sa compagne,non sur le petit il peut même vivre ce dernier comme une entrave, un rival, un empecheur de câliner en rond!! (jeunes couples).

enfin pernicieux puisqu'il pousse les femmes à abadonner les études ou carrières en cours, créant un état sacrificiel dont le ressenti se retournera contre sonpartenaire et détruira l'harmonie familiale

c'est donc contre les moeurs sociétales qu'il faut se retourner.

ne surprotégeons pas les coquilles au détriment des poussins!!

la force physique des hommes est superieure et appelle son exploitation, mais la différence doit s'arrêter la, au niveu de la famille, l'harmonie se trouve dans la complémentarité des aptitudes,non, dans leur confrontation orchestrée!

il faut déjudiciariser tant que faire se peut:
lutter contre ce mythe et l'assurance d'une impunité,

placer les papas, dès le début devant leurs réelles questions, à savoir: vos enfants sont ils vos enfants ,ou seulement une conséquence secondaire de votre goût prononcé pour le câlinou hebdomadaire puis mensuel??

voulez vous vous occuper de vos enfants, (tombons les masques)

vous perdez votre compagne ,monsieur, mais vos enfants ont besoin de vous deux ,sous le,même toit de préférence ,ou le plus souvent possible et sereinement, voulez vous assurer???

on poura vous former et soutenir le cas échéant!!

vous madame, idem, respectez vous le droit de vos enfants et les laissez vous voir leur père pour leur équilibre ou préférez vous que je les fasse placer de suite???
les hommes sont conditionnables à la guerre ou a l'usine, ils le sont aussi à la parentalité!!

contraindre les adultes négocier au mieux des interêts de l'enfant, sanctonner le non conciliant, placer les belligérants sous surveillance dès le départ en les mettant alternativement en situation de prouver leus compétences parentales (RA temporaire)

surtout, lutter contre les tabous et laisser les enfants aux rares pères qui les réclament,dès que ce n'est pas pour embêter leur ex.

et effectivement, rétablir les effectifs des jafs en urgence, quite à dépouiller d'autres instances secondaires, y rétablir une parité , car le simple fait de s'exprimer avec des mots et phrases d'homme crée une grosse distorsion entre signifié et perçu.

quand je pense que j'avais quatre personnes devant moi pour me juger pour un simple délit routier....quinze mois de souffrances de mon fils attribuables a un unique magistrat....pfffff de chez pfffff l'horreur!!
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude bâtisseur » Dimanche 18 Oct 2009, 8:39

ah, enfin , sur la résidence alterné, vaste sujet s'il en est..

je pense que si des parents sont assez stupides ensembles ou du fait dun seul pour arriver en justice autour de l'enfant, celui ci est en grave danger psychologique de toutes façons....

dès lors, on doit fixer cette moins mauvaise solution qu'est la RA prioritairement à des solutions hard qui amènent un parent à la toute puissance.

les DVH mal vécus sont le moteur de nombreuses années d'affrontement tous coups permis dont l'enfant fera les frais.

La RA doit désarmer les troupes et désinstrumentaliser l'enfant c'est déjà cela.

elle permet aussi l'examen comportemental des hébergeants et le suivi de l'enfant à moyen et long terme éventuellement pour définir le parent toxique plus précisément.

plus de mobile plus de crime..en tout cas elle semble fonctionner dans de nombreux pays avec succes....

quand à a fréquences des rotations, le débat reste ouvet..

d'une part, les trop longues périodes laissent le champ libre à la manipulation, en cas de contentieux lourd,

trop courtes elles peuvent effectivement fatiguer le poussin..

mais a tout prendre , vivre trois semaines chez une marâtre en attendant deux jours de libération, c'est pas le top non plus...

donc hebdo au départ, suivi du pousin et surtout surtout tenir compte de ses dires au sujet de chaque hébergeant

laisser aux belligérants le temps de se calmer , au bout de quelques mois, des parents aimants auront surmonté leur haine, et l'éventuel alliénant(e)sera repéré aisément

et on pourra établir ne grile plus propice si les deux énergumènes ne s'y sont pas encore attelés!!

perso, je me fous de savoir si 50% c'est idéal ou si 60/40 c'est mieux, je ne suis pas possessif et si j'avais la résidence, l'enfant circulerait librement à ses demandes et au vu des progès psy et comportementaux de la mère.

mais voila, je suis un homme...c'est con des fois d'être un homme.....et d'avoir raison en plus.... :oops:
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude lalia » Dimanche 25 Oct 2009, 22:39

Bonjour, merci pour votre réponse détaillée. Je n'y réponds pas immédiatement car besoin de temps pour y réfléchir et poursuivre la discussion.
Merci pour les infos que vous apportez qui m'éclairent sur la question de la femme-objet etc.

J'aimerais donner une précision pour la résidence alternée : je réagissais d'abord par rapport à ma propre expérience, j'aime avoir un "chez moi" clairement établi et j'ai vraiment détesté cette expérience de double résidence même temporaire et pour le travail, même chez moi je ne retrouvais plus mon intimité, ce n'était plus vraiment chez moi.
Je pense donc qu'une résidence alternée peut être bien vécue par un enfant (surtout si elle est bien vécue par les deux parents) mais je pense aussi qu'elle peut être mal vécue par les enfants et que ce n'est pas forcément évidemment de s'en rendre compte rapidement.

Mais plus généralement, ce qui me gêne dans la résidence alternée ce sont deux choses.

D'abord la dichotomie : d'un côté la vie avec papa, d'un autre la vie avec maman ; au cas pire, si les relations entre les parents sont très conflictuelles, ceux-ci peuvent gérer la résidence alternée sans jamais se voir ni se parler (enfin j'ai l'impression).
Le plus sain semble alors qu'aucun des parents ne pose de questions sur "l'autre vie" de l'enfant, pour éviter les tensions et éviter de mettre l'enfant dans une situation insupportable entre le marteau et l'enclume et cela crée un cloisonnement dans la vie ou plutôt les deux vies de l'enfants, qui me semble vraiment préjudiciable à son équilibre.

Ensuite, le constat d'échec. Quand l'histoire d'amour est finie et que les parents se séparent, le mieux pour le papa serait que les enfants vivent avec lui, le mieux pour la maman serait que les enfants vivent avec elle ; le mieux pour l'enfant ne me paraît pas être un compromis entre le mieux pour le papa et le mieux pour l'enfant.
Il me semble plus juste d'offrir à l'enfant un foyer unique, clairement défini, où il se sente totalement chez lui, tout en donnant les moyens à l'enfant et à l'autre parent les moyens de conserver un lien digne de ce nom.
Dire "tu passeras une semaine chez ton papa et une semaine chez ta maman en alternance", pour moi c'est la consécration de l'échec. L'échec à aider les parents à gérer la coparentalité.
Que se passe-t-il si les parents n'ont pas les mêmes visions éducatives? En vivant ensemble, ils étaient obligés tant bien que mal de trouver des compromis. Avec une semaine chez l'un et une semaine chez l'autre, l'enfant peut se retrouver face à des règles éducatives très différentes voire opposées, ce qui me semble nuisible à la construction d'un petit (pas pour un adolescent certainement mais pour un enfant de quelques années).

C'est cette sensation d'échec qui m'afflige le plus à propos de la résidence alternée. C'est dire qu'on renonce à aider les parents à apaiser le conflit, à apprendre à discuter, à avoir un conseil de famille pour prendre les décisions avec une assistance. C'est dire qu'on renonce à gérer le conflit, on le supprime plutôt que de le résoudre. En fait on croit le supprimer mais au contraire on l'entérine. On dit aux parents, d'accord, vous êtes incapable d'être dans la coparentalité, nous allons donc vous mettre dans une monoparentalité alternée.
Pour moi c'est la consécration de l'échec.
lalia
Posteur arrivant
 
Messages: 13
Inscription: Vendredi 15 Mai 2009, 15:54
Localisation: Paris

homme femme

Message non lude fabio31 » Dimanche 5 Sep 2010, 2:43

[color=green][/color][size=18][/size]bonsoir,j'ecris en vert cars c'est l'esperence je suis entierement pour la legualitée entre l'homme es la femme mais j'aimerai que cela soit respecter pars ses dames cars j'ai un amis qui a ete victime de mise encene qui a heureusement bien fini mais si cette personne feminine aurer pas craquer il aurait subi une injustice qui peu détruire une vie[size=12][/size]
fabio31
Posteur arrivant
 
Messages: 6
Inscription: Dimanche 29 Aoû 2010, 22:40
Localisation: lestele

Message non lude martin rotsey » Jeudi 9 Sep 2010, 19:26

Ensuite, le constat d'échec. Quand l'histoire d'amour est finie et que les parents se séparent, le mieux pour le papa serait que les enfants vivent avec lui, le mieux pour la maman serait que les enfants vivent avec elle ; le mieux pour l'enfant ne me paraît pas être un compromis entre le mieux pour le papa et le mieux pour l'enfant.


Il faudrait des chiffres pour y réfléchir. Savoir combien de pères en font réellement la demande et combien sont déboutés de cette demande. Je pense que beaucoup de pères ne veulent surtout pas de résidence alternée et encore moins de résidence principale de l'enfant


Bonjour,

Lalia, je tenais juste à intervenir sur 2 points qui me dérangent plus que votre vision archaïque de la sous-race masculine qui transparait dans vos propos, à votre insu :

Oui, j'ai bien compris que le mieux pour vous, et bien c'est le mieux pour vous. Vous êtes suffisamment subtile dans vos propos pour expliquer que si la justice familiale est gérée par des femmes pour les femmes, c'est de la faute aux hommes. entre autre.

Et deuxièmement, cela reflète également votre vision, demander une ra n'est pas une requête masculine mais parentale. Je vous retourne la question, combien de femmes demandent réellement la ra ?
Car les femmes qui soulagent leur conscience en expliquant la démission des pères ne cherchent pas à responsabiliser cette sous-race en demandant une ra pour que les deux parents se sentent préoccupés.

Voila, sans méchanceté aucune, simplement, je n'aime pas votre façon hypocrite d'amener insidieusement vos idées négationnistes et votre vision péjorative des sous-races.

C'est mon droit !
martin rotsey
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 630
Inscription: Mercredi 28 Oct 2009, 22:42
Localisation: yonne

Re: et vous , zen pensez koi??

Message non lude Kanady » Mercredi 27 Oct 2010, 13:38

Je remonte ce poste. J'aime bien donner mon avis :)

Je ne comprends pas pourquoi une mère est considérée d'entrée de jeu comme plus compétente pour s'occuper de ses enfants. C'est complètement arriéré comme vision. La garde alternée devrait être la première des solutions.
Pour moi, en tant que femme, cette situation ne m'apporte aucune joie et m'inquiète.
La justice est la pour trouver des solutions équitables, c'est pour ça qu'elle est symbolisée par la balance. Et bien la balance, pour le moment, elle est plutôt mal réglée.
Mais je suis sure que ca changera. Le problème c'est que c'est lent...

Effectivement, c'est très injuste pour les pères (ou plutôt les parents, car certaines mères aussi trinquent). Il y a une loi qui parle de présomption d'innocence, en France. Et bien en n'attribuant pas automatiquement la garde alternée, c'est un peu comme si cette loi était bafouée.

"approuvez vous ou réprouvez vous un peu beaucoup ou passionnément voire pas du tout le sort que les JAFS réservent aux enfants"

Les JAFS ne prennent pas le temps de comprendre les situations. Ils font appel à des psys et des enquêteurs, qui ne prennent pas plus le temps de comprendre le fond, et de là découlent des décisions qui manquent d'approfondissement. Quelle place pour l'humain dans la machine judiciaire ?

"vous sentez vous concernées par l'attitude des femelles aliénantes, un peu ..etc"

Ce sont des égoïstes et des ignorantes. Il serait temps qu'elles soient lourdement punies par la loi contre leurs crimes psychologiques, qu'elles redescendent de leur petit nuage de toute puissance.

"auriez vous peur de voir disparaître une position prédominante même si elle est injuste".

Non.

"que feriez vous si vous étiez juges vous mêmes.."

Pas facile... Pour moi le problème principal est qu'ils n'ont pas le temps de se pencher réellement sur leurs dossiers. En tout cas, je ne serais pas du style à opter systématiquement pour la mère.
Kanady
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 36
Inscription: Jeudi 10 Juin 2010, 8:41
Localisation: bzh

Précédente

Retourner vers Questions d'Homme pour les Mamans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron