La tromperie sur les violences conjugales

Si vous souhaitez laisser votre avis sur les sujets d'actualité dans le domaine de l'égalité parentale ...
Par contre, ce n'est pas l'endroit pour expliquer son propre dossier ou poser des questions sur sa situation. Il y a d'autres rubriques sur ce forum mieux adaptées.

La tromperie sur les violences conjugales

Message non lude Animateur SOS PAPA » Mercredi 26 Nov 2008, 9:45

Voici une information-analyse que m'a transmise un de nos adhérents sur cette vaste escroquerie que sont les "chiffres de la violence conjugale" qui comme vous le savez, ne serait QUE le fait des hommes.


Bonjour Président
Pour information extrait de JDD.fr blogs hommelibre

Violence conjugale: les nouveaux chiffres confirment le mensonge

Par hommelibre, mardi 25 novembre 2008 à 11:50 JDD.fr blogs hommelibre

Depuis 2003 la France a mis en place l’Office National de la Délinquance (OND) afin de réaliser un tableau annuel des crimes et délits. Notons que les statistiques criminelles existent depuis environ 40 ans aux Etats-Unis, 30 ans en Angleterre et 20 ans au Canada.

L’OND travaille sur deux sources: d’une part sur les statistiques de la police et de la gendarmerie, d’autre part sur une enquête de victimisation réalisée par l’INSEE. L’enquête de victimisation est un questionnaire posé à un échantillon de la population de 11’200 personnes de 18 à 60 ans.

Il ressort des chiffres de l’enquête de victimisation (donc du questionnaire, pas des chiffres de police) que 4,8% de la population française se dit avoir été victime d’agression. Les violences conjugales représentent 46% des agressions, ce qui amène à 2,4%, hommes et femmes confondus. L’enquête établit qu’environ un homme est victime pour deux femmes, ce qui amènerait à 0,8% d’hommes victimes et 1,6% de femmes victimes. Et ceci est l'estimation haute puisque l'enquête rapporte plus de cas que la police.

Il faut noter que la police ne comptabilise pas les plaintes déposées par les hommes, mais seulement la gendarmerie, alors que les plaintes déposées par les femmes sont comptabilisées par les deux corps. Il manque donc un nombre conséquent de plaintes d’hommes. Quand on sait que ceux-ci rechignent généralement à déposer plainte (culture masculine oblige) on peut se demander quelle est la réalité, certainement beaucoup plus élevée.

La réalité de la violence conjugale est donc au pire de 1,6% de femmes et 0,8% d’hommes victimes. Le différentiel entre les chiffres de la police et de la gendarmerie d’une part, et ceux de l’enquête d’autre part, est d’environ 75%. Il y a beaucoup moins de plaintes déposées que de personnes qui se déclarent victimes. Ce qui signifierait qu’environ une personne sur 4 seulement dépose plainte.

Pourquoi cette différence? On estime que trop peu de victimes se plaignent. Mais se plaignent de quoi? Certaines questions de l’enquête apportent un éclairage:

“En 2004 ou en 2005, avez-vous été personnellement victime d'agressions ou d'actes de violence même verbaux, y compris de la part de personnes que vous connaissiez ? "

Les violences verbales sont incluses dans la violence conjugale, de même que la violence psychologique, la jalousie, etc. Le questionnaire d’Amnesty International est sur ce point très édifiant. Voici quelques-unes des questions (le questionnaire ne contient que “il”, j’ai rajouté “elle” entre parenthèses):

- Il (elle) fait pression sur vous en vous culpabilisant - Il (elle) prend des décisions importantes sans vous consulter - Il (elle) vous tourne en ridicule devant d’autres personnes - Il (elle) ment - Il (elle) est excessivement jaloux - Il (elle) ne respecte pas ce qui a été décidé - Il (elle) n’assume pas sa part de responsabilité - Il (elle) vous reproche vos dépenses - Il (elle) arrive à l’improviste ou vous appelle sans cesse au téléphone - Il (elle) vous surveille - Il (elle) crie - Il (elle) conduit la voiture brutalement

Il y a donc nombre de critères inclus dans la notion de violence conjugale qui font partie de la vie courante de nombreux couples, mais qui ne méritent aucune plainte, bien évidement. Personne ne va déposer plainte quand son conjoint ou sa conjointe fait une critique ou une dispute.

De même que personne ne dépose plainte pour une tentative de vol de voiture qui n’aurait pas abouti. Or l’INSEE pose ce genre de questions: “En 2003 ou 2004, votre ménage a-t-il été victime du vol de voiture(s) appartenant au ménage (y compris tentative de vol) ?”

Cela fait gonfler les chiffres de l’enquête et éclaire la différence entre les vraies plaintes déposées et les résultats de questionnaires. Il faut noter ici que le directeur de l’OND, Alain Bauer, est également directeur d’une société privée de sécurité. A ce titre nombre de chercheurs le soupçonnent de vouloir gonfler les chiffres de l’insécurité pour ses intérêts privés. Il est vrai que les questions posées, comme citées ci-dessus, ont tendance à être extensives.

De plus, il n’y a pas d’approche de la co-valence de la violence: les deux partenaires d’un couple sont souvent co-auteurs des actes de violence verbale ou physique, un partenaire entraînant l’autre. La violence féminine reste un tabou. Rappelons-nous de la présentatrice Evelyne Thomas. Elle a reconnu avoir donné une gifle à son compagnon, et comme celui-ci la lui aurait rendue, elle s’est déclarée publiquement victime de violence conjugale! Rappelons-nous aussi que Ségolène Royal, surfant sur la vague féministe, voulait durcir les lois contre les hommes concernant les violences conjugales, et qu'au Québec ce thème est une véritable entreprise de démolition des hommes et de ponction de l'argent public.

Quel constat peut-on faire de ces nouveaux chiffres?

1. La réalité de la violence conjugale est bien moindre que ce que les groupements féministes ou l’enquête de l’ENVEFF de 2000 avancent. Le site sosfemmes (lien ci-dessous) mentionnait des études annonçant jusqu’à 43% de femmes battues!

2. La violence conjugale contre les hommes est une réalité presque aussi importante que celle contre les femmes. Cela bat en brèche l’argument qui prétend que 90% des victimes sont des femmes, et que la violence est essentiellement masculine.

3. Les enquêtes devraient être analysées avec soin, car la manière de formuler et de poser les questions peut induire les réponses. De plus certaines questions sont manifestement extensives et ne relèvent pas vraiment de la violence conjugale.

4. La réalité finale des chiffres est entre 1 et 2%, hommes compris. Cela confirme d’autres enquêtes:

“Dans le monde francophone, plusieurs enquêtes de victimation vont dans le sens de l'équivalence quantitative des violences conjugales. Il s'agit par exemple de l’Enquête sociale générale du Canada, 1999, puis de la même enquête menée en 2004, et d'une enquête d'enseignants de l'Institut de la famille de Fribourg, Guy Bodenmann et Barbara Gabriel, en 2002. Elles aboutissent à des chiffrages analogues : de 1 à 2% de victimes pour chaque sexe durant l'année précédent l'enquête. (source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_conjugale )”.

Ces chiffres toutefois ne sont pas ceux des condamnations en justices, dont le nombre est beaucoup moins élevé mais n’est pas communiqué pour l’ensemble du territoire (seuls certains départements en citent).

5. Les chiffres exagérés, et le fait de ne considérer que les femmes victimes, est un biais manifeste intentionnel de la part des mouvements féministes. C’est même une escroquerie à vaste échelle, impliquant des gouvernements, une manipulation publique d’envergure. L’enjeu idéologique et financier dans la course aux subventions en est le probable moteur.

A final, je rappelle ici que la violence n’a pas de sexe, que toute violence est de trop, qu’il faut soutenir les femmes ET les hommes victimes, et que les campagnes contre cette forme de violence doivent désormais être faites sur le thème:

“Non à la violence contre les femmes et contre les hommes”.

http://www.francesoir.fr/enquete/2007/1 ... gales.html

http://www.inhes.interieur.gouv.fr/Bull ... el-65.html

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.a ... d=0&id=446


Alain CAZENAVE
Président à la retraite de SOS PAPA
Animateur SOS PAPA
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 609
Inscription: Mardi 1 Mar 2005, 19:58
Localisation: 84 bd Garibaldi 75015 PARIS

Message non lude Davidou » Mercredi 26 Nov 2008, 17:09

Non à la violence.


Inutile de rajouter autre chose derrière.
Pour avoir fait des questionnaires de satisfaction ou d'enquête, je sais pertinemment qu'il est très facile d'obtenir les résultats que l'on souhaite avoir. Là où il faut se battre, c'est sur le traitement de ces informations et leur divulgation. J'aime ainsi beaucoup lire les faits divers, où l'on voit bien des actes de violence (et là on parle que physique...) des deux côtés.

Et pourquoi ne pas avoir un message positif ?
Plutôt que de dénoncer toutes ces études, ces thèmes récurrents ancrés dans l'imaginaire collectif, on peut aussi mettre en avant les hommes, les pères aimants, les bons maris, etc....
Pour faire changer les mentalités, il faut du temps mais gardons espoir et ce sont nos enfants qui seront mieux traités (j'espere)
Davidou
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 41
Inscription: Mardi 17 Juin 2008, 15:25
Localisation: compiègne

positif

Message non lude viviane » Samedi 20 Déc 2008, 20:18

oui , NON à la violence et vive les gens aimants et respectueux de leur conjoint et de leurs enfants .
viviane
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 44
Inscription: Samedi 26 Nov 2005, 13:32
Localisation: france

Message non lude Ullysse » Mardi 23 Déc 2008, 18:19

quelques soit la façon de tourner le problème, ou le nombre de topic sur le sujet, on en arrive toujours au même résultat.

c'est bien ce sujet là ?


une justice qui redeviendrait binaire (gilbert thiel dans son dernier bouquin) serait une très bonne chose.


victime/coupable
Ullysse
 

Message non lude Pan » Dimanche 28 Déc 2008, 9:43

+1 charlys

Cette campagne est, en soi, une des formes de violence faite aux hommes, et favorise grandement le processus de fausses accusations qui leurs sont faites dans le but de priver les enfants d'un de leurs parents, le père, designé comme vioent.

Toute fausse accusation entrave l'action de la justice a punir les vrai coupables, en particulier lors de fausses accusations d'attouchements.
Un flic doit faire face a 90% de fausses accusations.
Dans la pratique, on commence par la garde a vue, puis on transmet au parquet avec un mandat de depot a la clé si on tombe sur un "burgau" puis le penal etc ....
Coté familiale, pas de soucis, le mal est fait
Coté des vrais abuseurs sexuels, pas de soucis non plus, les flics sont occupés ailleurs, Fourniret à violé et tué pendant 15 ans avant de se faire chopé en BELGIQUE et non en France ou il etait pourtant fiché comme criminel sexuel sur mineur.
Coté enfant, instrumentalisé dans ce processus d'exclusion parentale, tout le monde s'en fout, qui s'est soucié des enfants d'outreau, poussés par des adultes indigne a faire de fausses declarations a la justice qui ont conduit au drma qu'on connait ?
coté père, la aussi tout le monde s'en fout, des suicides, des vies brisés, des reputations souilles, des familles brisées, des mois voir des années d'emprisonnements arbitraires etc ....

en justice familiale, le crime PAYE, et il est est favorisé, voir valorisé par l'etat et la justice.
Que 2009 soit l'année du changement européen, seul a pouvoir faire plier "l'etat France"
venez voir ce que pense l'UNICEF du bien être des enfants en France : http://www.unicef.fr/mediastore/7/3472-4.pdf
Pan
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 52
Inscription: Vendredi 27 Juil 2007, 12:37
Localisation: vague

Message non lude Ullysse » Dimanche 28 Déc 2008, 10:57

+ 1.
Et je ne vais même pas dire pourquoi.
Juste être un exemple.
Dans la vie de la folle, ce sont 6 hommes qui ont vécu ses violences.
Si je veux en sortir un chiffre, je dirais que ce sont six hommes violentés pour une femme (violente)
Amen.

J'ai dans le dossier pénal, 2 témoignages d'ex a la folle.
D'ont un Garde mobil. Pas un tendre je pense de par sa profession.
18 ans après, il parle de cette période comme de celle la plus noire de sa vie.
18 ans après, il ne veut plus entendre parler d'elle.
18 ans après, il dit en conserver des séquelles.
Si ce qu'il a vécu, ce n'est pas de la violence, que faut il de plus a la justice.

mais les assos de fumelles, sont bien plus activent que d'autres. pkoi ?
Ullysse
 

Message non lude Davidou » Lundi 29 Déc 2008, 11:19

Pourquoi Ulysse ?

Car les femmes ont naturellement tendance à se regrouper pour parler de leurs problèmes, alors que les hommes ont tendance à se renfermer seuls pour y trouver une solution et n'en parlent pas de peur d'avouer inconsciemment leur "incompétence" à s'en sortir....

C'est ainsi depuis des millénaires.
On est mal barrés, je vous le dis. RDV dans 10 ans pour voir les résultats.

Ceci dit, ma Jaf a su faire la part des choses dans l'audience et ne s'est pas laissé abuser par les fausses accusations, mais ca aurait pu mal tourner. :shock:
Davidou
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 41
Inscription: Mardi 17 Juin 2008, 15:25
Localisation: compiègne

Message non lude dan69 » Lundi 29 Déc 2008, 11:27

de toute maniere , la justice ne cherche pas à se fatiguer ( bonjour les feignasses ) : dans le doute , c'est le pere qui est violent et la mere victime.

devant ce comportement judiciaire , pourquoi se gêneraient elles ? qui plus est , encouragées d'être des victimes à la radio la télé les journaux , etc , etc .......
dan69
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1510
Inscription: Lundi 14 Avr 2008, 11:16
Localisation: dtc

Message non lude Ullysse » Lundi 29 Déc 2008, 11:40

dans ce cas, pourquoi ne pas en faire de même ?
et si je peux le faire, je ne vais pas me déranger.
par contre, pour cela, il faut que les médias suivent. et pour cela, il faut qu'une histoire rapporte du fric.
mais bon, si on ne fait rien, dans dix ans, on en sera au même point.
Ullysse
 

Message non lude Pan » Lundi 29 Déc 2008, 12:23

de fait, on a pas enormement avancé en 10 ans...
certe, il ya des lois (2002) mais elle sont battu en breche dès qu'on invoque ou provoque un "conflit parentale" derrière le quels tout le monde se refugie pour maintenir en l'etat l'eclusion paternelle.

Hors, ,en cas de conflit/rejet d'un parent, la loi est claire, et devrait prendre a compte l'aptitude de chacun des parents a respecter les droits de l'autre (en fait il s'agit d'un droit de l'enfant a conserver des liens avec ses deux parents).

les lois et les structures actuelles ne sont pas si mauvaises si on y regarde de plus près, ce sont ses rouages, ses archaismes, et son manque de respects de la loi qui en font des mecanique ignoble a la "d'outreau", comme il a été mentionné et dennoncé dans le rapport de la commission parlementaire "Houillon".

RIEN A CHANGE DEPUIS

La prochaine etape sera de faire appliquer ces lois et de dennoncer l'attitude de certains magistrats, avocats, flics, services sociaux (en particulier privés) et autres "pro" annexes (toubibs, scollaires, crêches etc ....) spectateurs et acteurs des "conflits"
Que 2009 soit l'année du changement européen, seul a pouvoir faire plier "l'etat France"
venez voir ce que pense l'UNICEF du bien être des enfants en France : http://www.unicef.fr/mediastore/7/3472-4.pdf
Pan
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 52
Inscription: Vendredi 27 Juil 2007, 12:37
Localisation: vague

Message non lude Ullysse » Lundi 29 Déc 2008, 15:22

Ok.
Mais dis-moi mon poussin.
Comment faut-il s'y prendre ?
La clé, ce sont les média.
Pour une cause X ou Y, au JT de 20 heure sur TéFun, tu as 10 personnes qui se font sauter la tête en avalant une grenade (pas le fruit) chacun.
Tu peux être sur que cette cause dite X ou Y fera la une durant des semaines.
Si avec cela, cette cause est "juste", et que les média-hyène tombent sur d'autres cas tout aussi moche. C'est plus des semaines mais des mois, que cette cause, dite X ou Y va rester a la une.
Mécaniquement, ce sont les politique-hyène qui vont emboiter le pas. Juste pour faire causer d'eux, mais ils sont plus écouter que toi et moi.
Une fois que le petit monde nombrilisto-narcissiquo-politique est sur la brèche, là oui, la justice va prendre en compte les demandes concernant cette cause dite X ou Y.
Pour ce qui est des adversaires de la dite cause, toujours X ou Y, ils n'auront plus la cote et ne seront plus écouté. Quoi qu'ils disent ou fassent.

Si on regarde bien, la cause X ou Y, on pourrait dire que c'est la violence conjugale faite aux femmes (bin oui, c'est l'homme qui est violant, actuellement, dans les esprits). De notre coté, la papa misent a l'écarts, nous ne sommes pas entendu, pas écouté. Même si notre cause est on ne peu plus juste.
Que faut il que l'on fasse ?
Toutes formes d'extrémisme, et a mon sens a banir. Pourquoi ? regarde les élections, quelles qu'elles soient, les extrêmes, d'un coté et de l'autre, ne représente qu'une petite quantité en pourcentage.
Mais coté extrémiste, les assos de "Fumelles" (dixit la soupe aux choux) ne restent pas les mains dans les poches a compter les points. Que font les assos de papa ? Ce n'est qu'une question.
Si on ne commence pas par appater les média-hyène par de vrais coups médiatiques, rien n'avancera.

Donc, qui a des idées d'acction, sans qu'il n'y ai besoin de 100 000 personne, c'est impossible, et sans sombrer dans l'extrême ?
Ullysse
 

Message non lude Pan » Lundi 29 Déc 2008, 15:57

tu as tout a fait raison, "lapin" ;) :D
il faut communiquer
-avoir des choses a dire (ce qui est le cas)
-bien savoir le dire
-le dire de facons comprehensiblé et audible (media => politiques => fonctionnaires charger de l'application de la LOI, parfois autiste ou sourd dingue)

A noël, 4 cameras pour une 30 taine de personnes motivés, calmes et unies, issus de plusieurs asso ou sympatisants (comme moi) sur les marche du ministère des aff etrangère, je peux t'assurer qu'on a été entendu.... et même rejoint par quelques quidams

je pense qu'on a quelques ministres qui s'inquietent pour leur notoriété, voir leur reintegration dans le prochain gouvernement
Pas la peine de reinventer l'eau tiède quand on connait la recette.
Que 2009 soit l'année du changement européen, seul a pouvoir faire plier "l'etat France"
venez voir ce que pense l'UNICEF du bien être des enfants en France : http://www.unicef.fr/mediastore/7/3472-4.pdf
Pan
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 52
Inscription: Vendredi 27 Juil 2007, 12:37
Localisation: vague

Message non lude Ullysse » Lundi 29 Déc 2008, 16:23

On ne va pas faire toute la ferme !!! :wink:

J'avais, il y a quelque temps, suggéré que plusieurs personnes, sur plusieurs TGI, s'attachent, passivement, aux grilles des dits TGI.
Ce pourrait être les "grenades" du JT. Reste pour la suite, a combler l'appétit charognard des journalistes. Et là, il me semble que l'on connaît tous quelques belles histoires, qui utilisées comme combustible, alimenteraient une curiosité génératrice de chronique vendeuses (bin, oui, toujours cette clé qu'est le fric. Bin quoi, Gala n'est pas cupide ? Oui, c'est surtout vénal.)
Faut il une structure pour mettre en place, non en marche, un tel mouvement ?
Et cette structure, ne penses tu pas qu'elle en recueillerait quelques fruits, sonnants et trébuchants ?
Ullysse
 

Message non lude Pan » Lundi 29 Déc 2008, 17:44

120 000 placements ASE dont la moitié sont injustifié d'après l'un des dirigeants.
ASE qui fait de l'integration verticale, menant a bien IOE qui preconaiise l' AEMO et pour finir le placement
le tout au frais de la princesse et des parents (ils vous piques vos alloc,, PA etc ....) et au depends des enfants qui connaissent des conditions de DETENTION digne des "choristes" et souvent même bien pire

du grain a moudre pour "les infiltrés" de Fr2
Que 2009 soit l'année du changement européen, seul a pouvoir faire plier "l'etat France"
venez voir ce que pense l'UNICEF du bien être des enfants en France : http://www.unicef.fr/mediastore/7/3472-4.pdf
Pan
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 52
Inscription: Vendredi 27 Juil 2007, 12:37
Localisation: vague

Message non lude dan69 » Lundi 29 Déc 2008, 18:06

et oui : l'ase fait partie de ces parasites qui n'ont aucun interet à ce que cela s'arrete , bien au contraire ......


il est tout de même etonnant de constater que dans un pays latin à souhait , ou la mère occupe une place enorme , mondialement connue , à savoir l'ITALIE , la residence alternée est devenue la norme , et ce même en présence de conflit , car seul l'interet superieur des enfants doit etre la norme .

on attend avec impatience une loi similaire en France
dan69
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1510
Inscription: Lundi 14 Avr 2008, 11:16
Localisation: dtc

Suivante

Retourner vers Discussions d'actualité

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron