ENLEVEMENT de Me Saint-Arroman Petroff exe avocate SOS PAPA

Si vous souhaitez laisser votre avis sur les sujets d'actualité dans le domaine de l'égalité parentale ...
Par contre, ce n'est pas l'endroit pour expliquer son propre dossier ou poser des questions sur sa situation. Il y a d'autres rubriques sur ce forum mieux adaptées.

et alors?

Message non lude Manusabi » Mercredi 6 Jan 2010, 23:57

quel en sera l'impact mediatique???

un forum, c'est pas un haut lieu de communication ecouté et reprit en coeur

Sinon il y a des choses qui evoluerait plus vite non?
Manusabi
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 147
Inscription: Mercredi 16 Juil 2008, 21:59
Localisation: essonne

La "personalité" de l'agresseuse de l'avocate

Message non lude Animateur SOS PAPA » Jeudi 7 Jan 2010, 20:32

Image
Pour mieux comprendre le "caractère" et la "personnalité" de Chantal Clos, l'agresseuse de Pascaline Saint-Arroman Petroff , lire cet article du Monde intitulé "Une encombrante voisine" ( rien que le titre en dit long ) >>>>

Cet article est très révélateur du type de personnage que sont les "anti-résidence Alternée" : fantasme, irascibilité, marginalité, mensonges permanents, agression envers tout le monde, bref du genre "ils sont tous des salops"

Je vous livre une partie de cet article :
Dans le logement social de 93 m2 que ces dernières occupent, la police, qui les a interpellées jeudi 24 décembre, aurait retrouvé du papier à en-tête falsifié au nom de l'avocate.

Selon ses voisins, Chantal Clos et sa fille devaient être expulsées à l'issue de la trêve hivernale pour "troubles de jouissance". Sans emploi fixe depuis 1993, Mme Clos - que son avocat commis d'office Nicolas Beker décrit comme "une femme que les événements de la vie ont pu amener à être en souffrance" - s'était en effet muée en envahissante brocanteuse. Peu à peu, elle et sa fille avaient entreposé un insondable bric-à-brac dans dix-huit caves de l'immeuble.

Rappelées à l'ordre par la Société de gérance d'immeubles municipaux (SGIM), elles ont transféré leurs possessions dans leur quatre pièces, envahi du sol au plafond, au point d'obturer plusieurs fenêtres et de transformer l'accès aux pièces d'eau en parcours du combattant.

De prime abord, Chantal Clos suscitait l'empathie. Issue d'une fratrie pied-noir algérienne de huit enfants, cette ex-attachée de presse dans le milieu de la culture et de l'édition aimait à étaler sa connaissance de l'anglais. Elle présentait sa fille sous les traits d'une victime d'un père incestueux. Emus, les gens se mettaient en quatre. Mais ses exigences distendaient vite les amitiés. Alors, Mme Clos déployait un arsenal à la hauteur de son sentiment de trahison : insultes, menaces, dégradations, diffamation...

"Gros [co..ard], tu vas bientôt crever", pouvait-elle ainsi lancer à ce voisin, chaque fois qu'elle le croisait. Un médecin soupçonneux - qui souhaitait garder Anouk en observation plutôt que de consentir à sa mère un certificat attestant de violences sexuelles après un séjour de l'enfant chez Yves Phélut -, a retrouvé sa carrosserie de voiture attaquée au tournevis. Refusant d'intervenir en faveur de Mme Clos dans un énième conflit, la concierge a vu la porte de sa loge badigeonnée de matière fécale. Un autre voisin - que la fille de Mme Clos a accusé d'attouchements sexuels commis dans la cave et qui n'a pas été inquiété par la justice - a trouvé son véhicule tagué : "Violeur", "Il m'a violée".

"L'inceste et l'agression sexuelle sont l'obsession de Chantal", explique Yves Phélut, qui considère la situation actuelle comme "l'aboutissement logique" d'une escalade dans laquelle son ex-femme "a entraîné Anouk" qu'il n'a pas revue depuis ses 13 ans. "Tout vaut mieux pour Anouk que l'emprise de sa mère, affirme cet ingénieur à la retraite de 60 ans, qui a témoigné dans un documentaire sur les hommes victimes de violences conjugales diffusé par TF1. Moi, si j'y étais resté, je serais peut-être mort."

De fait, les nombreuses plaintes à l'encontre de Mme Clos, connue comme le loup blanc au commissariat du 13e, n'ont pas davantage abouti que deux signalements au 119 (service téléphonique pour l'enfance maltraitée) effectués par des riverains s'étonnant que la jeune Anouk joue, de nuit, le factotum pour sa mère.

En revanche, grâce à l'aide juridictionnelle qui assure aux plus démunis une prise en charge par l'Etat des honoraires et frais de justice, Chantal Clos a multiplié les actions, réclamant systématiquement des dommages et intérêts. "Elle disait souvent qu'elle s'achèterait une villa avec l'argent ramassé dans les tribunaux, mais elle perdait toujours", se souvient une voisine. "Chantal revendiquait pour sa fille le statut de victime d'un père incestueux et tentait de le faire savoir en haut lieu, rappelle une cofondatrice du Comité des mères, la minuscule association de Mme Clos avec laquelle cette femme a pris ses distances il y a longtemps. Elle est passée à l'acte parce qu'elle avait épuisé son auditoire potentiel."

Son ancien quartier ne restera pas longtemps sans nouvelles de Chantal Clos. Le 27 janvier, elle doit retrouver au tribunal correctionnel un voisin qu'elle accuse de violences physiques. Des faits, selon lui, "totalement imaginaires", pour lesquels il a été relaxé en 2009. Mais, fidèle à sa ligne de conduite, Mme Clos a fait appel. Cette fois, la plaignante arrivera à l'audience menottée.

Patricia Jolly


Joli personnage, non ?

C'est beau une "anti-Résidence alternée" ! ! !
Alain CAZENAVE
Président à la retraite de SOS PAPA
Animateur SOS PAPA
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 609
Inscription: Mardi 1 Mar 2005, 19:58
Localisation: 84 bd Garibaldi 75015 PARIS

Message non lude bâtisseur » Jeudi 7 Jan 2010, 22:22

assez consternant!

comme toujours: les services sociaux et le 119 avaient été alertés

comme souvent, les services de polices conaissaient le comportement de cette femme.

et comme toujours également, celle ci a conservé la résidence de l'enfant!

imaginons un moment ce que fut la vie de cette jeune fille à ses côtés?

penchons nous sur les conséquences psychologiques que sa mère a provoqué en l'entraînant dans sa névrose...

qu'a son tour , la jeune fille puisse prendre compagnon et donner naissance à des enfants.....j'en frémis d'avance!!

je suis ravi de ne pas faire partie des anti RA.....

puisse cet incident les décrédibilser à jamais ,comme tous les intégristes!
bâtisseur
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 1530
Inscription: Dimanche 19 Avr 2009, 9:40
Localisation: entre pyrennées et maïs

Message non lude Khaled » Vendredi 15 Jan 2010, 19:51

Concernant la gamine, la garde a été octroyé à la mère. Par qui
Par un juge biensûr !!
Qui osera aller ne serait faire remarquer au juge qu'il a mal accompli sa tache.
l y a une sacralisation des juges. On les assimile aux dieux de l'antiquité qui ont tous les droits parcequ'ils sont sacrés.
On a une vision des juges quasi religieuse.
C'est leur fonction qui est sacré. Malheuresement certain juges ne la respectent pas et succombent à la vanité et aux courtisanerie des auxiliaires de justice et avocats.
Concernant la justice. J'étais croyant. Actuelement je ne suis même pas agnostique. Je n'y crois plus tout simplement.
Un juge sans son expert est comme un enfant qui a perdu ses parents dans un super marché.
Khaled
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 95
Inscription: Lundi 24 Déc 2007, 16:43
Localisation: France

Message non lude Grossefatigue » Samedi 16 Jan 2010, 2:33

Quelques pistes : La mise en danger de la vie d'autrui est du domaine pénal, cet aspect semble acquis. Cela peux fonder un questionnement quand à la capacité de la mère, en l'occurrence, de sa capacité éducative.
Quel jaf confiera en son âme et conscience la garde de l'enfant ,à un parent aussi déficient en la matière ?
Autre piste: la mère a volontairement attenté à la vie de la partie adverse, dans une affaire déjà jugée.
C'est en les termes une tentative de meurtre. Dont la préméditation peut-être fondée.
Quel Jaf peux confier la garde de l'enfant sur cette base à la responsable de tels actes, ayant entrainée, la responsabilité de l'enfant en question ?
Quels aménagements sont envisageables dans l'intérêt de l'enfant commun dans un cas aussi extrême ?
Grossefatigue
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 423
Inscription: Mardi 29 Déc 2009, 19:13
Localisation: Brest

Message non lude géniteurjeté » Samedi 16 Jan 2010, 12:03

Grossefatigue a écrit:Quelques pistes : La mise en danger de la vie d'autrui est du domaine pénal, cet aspect semble acquis. Cela peux fonder un questionnement quand à la capacité de la mère, en l'occurrence, de sa capacité éducative.
Quel jaf confiera en son âme et conscience la garde de l'enfant ,à un parent aussi déficient en la matière ?
Autre piste: la mère a volontairement attenté à la vie de la partie adverse, dans une affaire déjà jugée.
C'est en les termes une tentative de meurtre. Dont la préméditation peut-être fondée.
Quel Jaf peux confier la garde de l'enfant sur cette base à la responsable de tels actes, ayant entrainée, la responsabilité de l'enfant en question ?
Quels aménagements sont envisageables dans l'intérêt de l'enfant commun dans un cas aussi extrême ?


---- Vu la façon que vous avez de considérer n'importe quel cas, préconisez un suivi déconnologique...
géniteurjeté
Posteur arrivant
 
Messages: 16
Inscription: Dimanche 10 Jan 2010, 14:57
Localisation: Bretagne

Message non lude Grossefatigue » Samedi 16 Jan 2010, 21:25

En l'occurrence, sur un domaine relevant du pénal, l'enfant majeur complice de la mère, pourrait éventuellement bénéficier d'une tutelle assurée par le père. Avec suivi psychiatrique de la fille associé d'une interdiction de contact entre la mère et la fille pour une durée de trois ans minimum.
Un petit rappel au réel par une visite de la case prison peut ne pas être inutile dans la mise en place de ces mesures.
Replaçant le père dans sa fonction, la fille dans un accompagnement vers la responsabilité, et l'age adulte, en la soustrayant à l'influence d'une criminelle, qui de toute évidence va écoper elle de sanctions fermes.

Pour ce faire le père doit se porter partie civile contre la mère, et défendre l'irresponsabilité de la fille, et la nécessité de sa mise sous tutelle.
Grossefatigue
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 423
Inscription: Mardi 29 Déc 2009, 19:13
Localisation: Brest

Message non lude géniteurjeté » Dimanche 17 Jan 2010, 17:12

Les provocateurs, c'est en face, qu'ils sont.

Encore faut-il un minimum de lucidité pour être capable de s'en rendre compte...
géniteurjeté
Posteur arrivant
 
Messages: 16
Inscription: Dimanche 10 Jan 2010, 14:57
Localisation: Bretagne

Message non lude Khaled » Dimanche 17 Jan 2010, 17:47

Cassidile a écrit:Encore un provocateur....

Provoquer quoi ? La justice a perdu ses terminaisons nerveuse.
Y a rien à provoquer, elle est devenue frigide. Depuis quelques années la justice simule. C'est pour ça qu'elle est acariatre.
Un juge sans son expert est comme un enfant qui a perdu ses parents dans un super marché.
Khaled
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 95
Inscription: Lundi 24 Déc 2007, 16:43
Localisation: France

Message non lude Flora » Lundi 18 Jan 2010, 1:29

La justice est aveugle.
On l'apprend dès le début, mais on oublie parce qu'on ne peut y croire...
Image

Ben, du coup, ça se casse la gueule. Forcément très très souvent...
Flora
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 85
Inscription: Lundi 12 Mai 2008, 16:19
Localisation: Lune

Message non lude Khaled » Mardi 19 Jan 2010, 14:21

On a tous vécu ça. A chaque fois qu'on sort de chez une juge, on est brutalement réveilleé de nos illusions sur la justice. Puis au moment de lire le jugement on fini par être achevé. Et ce n'est plus une désillusion c'est plutôt un dégoût.
Parfois à la poste après avoir fait la queue pendant une heure, vous vous faites fermer le guichet au visage parceque la guichetière a arrêté de travailler sans prevenir. Et elle vous demande d'aller à l'autre guiché pour attendre encore.
La justice c'est pareil. D'abord, il faut parler à travers l'hygiaphone à travers lequel on entend rien. (Le juge utilise l'avocat comme hygiaphonne résultat il n'entend rien).
Vous attendez des mois, des années, une fois que cette pauvre juge à compris l'affaire, comme sait qu'elle va être mutée à un autre tribunal. Elle ne statue pas ou à moitié en ordonnant une nouvelle enquête sociale ou une nouvelle expertise. Le dossier attérira sur le bureau d'une nouvelle juge et ainsi de suite.
On nous ballade d'un guichet à un autre. En attendant que le colis soit périmé et que vous mourrez ou que vos enfants n'existent plus.
Et poutant ce n'est pas la faute de la poste, c'est la faute aux responsables de la poste qui nous ont confié les guichets à des despote.

La statue de dessus, aussi esthétique soit elle. Elle a perdu toute sa crédibilité.
Va-t-on un jour privatiser la justice? Comment on est entrain de la faire pour la poste. Va-t-on la délocaliser en Chine ? Les juges labas sont moins chèrs et plus productifs.
Un juge sans son expert est comme un enfant qui a perdu ses parents dans un super marché.
Khaled
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 95
Inscription: Lundi 24 Déc 2007, 16:43
Localisation: France

Message non lude aufildesjours » Mardi 16 Fév 2010, 14:22

Les abus et les crimes commis par cette voisine encombrante sont graves, tout comme les faits de maltraitance qui furent prodigués à cette enfant par sa propre mère, en toute quiétude alors que la justice familiale semblait le savoir (selon l’article).

Comment la justice familiale a-t-elle pu confier cette enfant à sa mère, alors que l’école faisait des signalements ?

Cette jeune fille est une victime. Aux crimes et délits commis par cette voisine encombrante s’ajouteraient aussi celui de la maltraitance… Cette maltraitance aurait-elle été assisté par une prétendue discrimination positive en faveur des femmes mise en pratique dans toutes les couches de la société (sous prétexte qu’elles sont le sexe faible et qu’elles sont plus aptes à aimer les enfants que le père) ?

Toutes les études portant sur le sujet montrent pourtant que la “monoparentalité” favorise la maltraitance…

La JAF responsable du placement de cette enfant à sa mère sera-t-elle mise en face de ses responsabilités comme dans le cadre de l’affaire Outreau ?

Je ne pense pas que cette voisine encombrante puisse un jour se payer la villa de ses rêves… Par contre, sa fille le pourra peut être si elle se retournait contre l’état compte tenu du fait que la justice familiale ne l’a visiblement pas protégé de la maltraitance psychologique de sa mère. Il aurait pourtant semblé facile et sain de la confier à son père.

.
Pour écrire aux Députés / Mon site / Avez vous déjà cliqué ici ? : CLIC !
aufildesjours
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 92
Inscription: Mardi 14 Déc 2004, 9:24
Localisation: Paris

Précédente

Retourner vers Discussions d'actualité

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron