Divorce : comment ça se passe pour les enfants ?

Présentation des livres, magazines ou études remarquables en rapport avec nos actions ou notre philosophie (ouvert à tous)

Divorce : comment ça se passe pour les enfants ?

Message non lude Invité » Lundi 27 Mar 2006, 22:06

Divorce : comment ça se passe pour les enfants ?

le principal problème quand un couple divorce, c’est de se mettre d’accord sur la garde des enfants. Il existe plusieurs solutions.

Même quand la famille perd son unité physique et géographique, un enfant doit garder ses repères, et rester si possible en contact avec les deux parents. D’où l’importance pour le père d’user de son droit de visite et d’hébergement . Et de ne pas se contenter des bons moments mais aider, en plus de l’entretien, à l’éducation de l’enfant. Ce sont les deux principaux atouts pour réussir un divorce.

L’enfant a le droit d’être entendu sur son choix de l’autorité parentale avec résidence souhaitée, mais c’est le JAF (juge des affaires familiales) qui tranchera pour le bien de l’enfant. Les parents peuvent demander à tout moment une modification de cette garde au JAF qui leur accordera ou non. Un quart des enfants du divorce ne voient plus leurs pères qui n’exercent plus leur droit de visite.

Qu’en est-il de l’autorité parentale ?


Même si les parents ne vivent plus ensemble, celui qui a la garde doit prévenir son ex-conjoint dès qu’un évènement important se produit dans la vie de l’enfant. Les parents doivent continuer à faire leur métier de parents. Ils doivent mettre de côté toute leur rancœur pour le bien des enfants.

Droit de visite et d’hébergement .

Le parent qui n’a pas obtenu la garde de l’enfant à son domicile bénéficie d’un droit de visite et d’hébergement. Si les parents ne trouvent pas de terrain d’entente, c’est le JAF qui fixe le règlement de l’exercice du droit de visite. Ces décisions sont modulées suivant les situations. En cas d’arrangement personnel entre les deux parents, le JAF doit homologuer cet accord. Si celui qui a la garde de l’enfant refuse le droit de visite et d’hébergement prévu à son conjoint, l’acte est passible d’une procédure pénale ( art. 227-5 ).

La résidence alternée.

Elle est pratiquement interdite en France et les JAF ne la concèdent que très rarement. En effet, de nombreux psychologues pensent que c’est une très mauvaise formule pour l’enfant qui n’a plus de point de repère.


Barbara Lagrange
Invité
 

Retourner vers BOUILLON DE CULTURE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron