Victime du SAP ou RAPT levez vous...

Témoignages et interventions relatifs à ce processus qui consiste à programmer un Enfant pour qu'il rejette un de ses Parents sans que ce ne soit justifié (visible par tous - post réservé aux enregistrés)

Message non lude jvkunst » Mercredi 23 Jan 2008, 13:26

ACALPA ! je vais de suite taper ce mot sur un moteur de recherche !
vos témoignages démontrent bien le manque de possibilité et de moyen pour faire face à la maladie des aliènants. Que se soit en France ou dans un pays croissant, les manipulateurs et autres formateurs mentaux auront toujours le champ libre. Le mal est fait ! il sera donc bien difficile de communiquer avec ses enfants, et leur faire entendrent une autre vision du réelle. Laissons le temps nécessaire aux enfants, ils sont victimes, et dans la douleur certaine du parent manquant, ils trouveront le réconfort auprès du parent avec qui il vit. Il faut vraiment beaucoup d'Amour et une patience décuplée, pour nous montrer à chaque fois sous notre meilleur jour. Continuons à lutter contre les injustices à notre manière : une détermination sans précédent emplie d'Amour et de respect..mème si ont aura pas asssez de toute une vie pour enrayer cette mentalité aliénante !
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude themis3 » Mercredi 23 Jan 2008, 13:43

jvkunst a écrit:, ils trouveront le réconfort auprès du parent avec qui il vit. ................Il faut vraiment beaucoup d'Amour et une patience décuplée, pour nous montrer à chaque fois sous notre meilleur jour.!



Le probleme c'est que ce reconfort est pervers et destructeur....le psy qui a fait son rapport a la demande de la JAF a ecrit :

il faut retablir la dignite de chacun des parents aux yeux des enfants en expliquant que le conflit n'est pas le fait d'un seul des parents.
Il est necessaire que chaque enfant puisse retrouver la serenite qui leur permette non pas le choix entre le bon et le mauvais parents mais le moyen d'evoluer avec des references parentales fortes necessaires a une bonne structuration "


Meme avec des conclusions comme cela, je ne suis pas sure que la justice ait les moyens de les aider a le comprendre...conflit de loyaute extreme, calomnie et destruction systematique de l'image de l'autre parent , a part une AEMO, et encore, comment lutter contre ça ?

De la patience, oui, il en faut, mais il faut etre lucide...les enfants sont en souffrance, il faut tout essayer pour les sortir de cette situation, en douceur, mais avec determination, avec beaucoup d'amour et d'abnegation.

tmt/themis3

Voir aussi l'assoc POIL DE CAROTTE association des enfants tristes..tres peu de moyens, mais vraiment en phase avec la douleur des enfants en rupture forcée de lien ma/paternel...
Meres et Peres main dans la main contre les destructrices/teurs d'innocence. Mais pas l'amour ...l'amour est indestructible.
themis3
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 60
Inscription: Samedi 29 Sep 2007, 12:13
Localisation: le coeur de mes enfants

Message non lude jvkunst » Mercredi 23 Jan 2008, 21:08

ACALPA, ou la reconnaissance de la pathologie. Un site bien fait et explicatif.

themis3 à cité:
il faut retablir la dignite de chacun des parents aux yeux des enfants en expliquant que le conflit n'est pas le fait d'un seul des parents.
Il est necessaire que chaque enfant puisse retrouver la serenite qui leur permette non pas le choix entre le bon et le mauvais parents mais le moyen d'evoluer avec des references parentales fortes necessaires a une bonne structuration "


il prêche la bonne parole dans les tribunaux ! c'est toujours plus facile de juger des dossiers que de les mettrent en applications ! Ne leurs jetons pas la "deusième pierre" Nous savons combien les tribunaux s'éfforcent de rendre le bon verdict, celui qui va dans leur souhait, rendre aux deux parties un accord amiable , peace and love ! Non, la vie qui découle des prises de justices ne sont pas celles requises des parties ! il y a un décalage entre l'envie et le pouvoir: l'envie de simplifier les choses pour aller droit au but; laisse moi voir mon enfant sans contre partie, nous somme adultes, faisons de notre mieux pour que notre enfant subisse pas la perte de l'un de ses parents...faisons preuve d'intelligence .. tu veux ? ensuite vient le pouvoir : celui qui fait parler la poudre si je puis dire ! autrement dit, celui qui à déja l'avantage d'être le parent conservatif mais pas forcément aliénant ! c'est fou dans un cas comme celui-ci d'utiliser le mot avantage ! non ? mais cela donne toute la profondeur de la situation et de la certitude concernant le SAP.
je remercie ceux qui me suivent ! mais surtout, continuer à faire ce dont vous faites, contribuer à l'évolution des ouvertures sur la tolérance de parents séparés ou non ! car le SAP , n'a pas d'adresse
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude jvkunst » Jeudi 24 Jan 2008, 12:37

1) Question de M. M. (Déléguée Médicale) 24/11/06 :

Je suis divorcée depuis 3 ans et mon fils de 4 ans commence à poser des questions sur les raisons de notre séparation. Ce qu’il me demande le plus souvent ce sont les raisons pour lesquelles son père ne voit plus ma famille et pourquoi je ne vois plus sa famille.
Les relations avec mon ex-mari sont très froides mais pas conflictuelles, par contre avec ma famille et la sienne on ne se parle plus. (Je ne veux pas lui dire qu’on ne s’aime plus ou que l’on s’est disputé ce sont des mots trop violents.)
Aidez moi à trouver les bons mots.
Merci d’avance.

1) Ma réponse :

Trouver les bons mots pour dire à votre enfant qui grandit l’histoire de votre séparation vous demande préalablement d’être « en paix » avec cette séparation. S’il y a le moindre trouble ou regret en vous, si votre deuil n’est pas fait, il y a de fortes chances que votre enfant le sente ce qui le troublera.
Faudrait-il donc que vous attendiez d’être « en paix » avec votre passé pour l’évoquer à votre enfant qui grandit et qui a besoin de savoir ? Certainement pas, les besoins de votre enfant sont prioritaires simplement parce qu’ils sont là.
Souvent nous ne savons pas nous raconter avec des mots simples, pour la bonne raison que nous n’avons pas digéré ce qui nous est arrivé, nous sommes mal à l’aise avec notre passé.
C’est ainsi que dire à votre enfant « Ton papa et moi nous nous sommes disputés et nous avons décidé tous les deux - d’un commun accord - (est-ce vrai ?) de ne plus vivre ensemble » vous fait peur.
Pourtant votre enfant de 4 ans a le besoin et le droit de savoir ce qui s’est passé entre vous : son père et sa mère. Il s’agit pour vous de raconter - à votre fils que vous aimez - l’histoire de ses parents. De la lui raconter avec amour (donc sans risquer de cacher ce qui vous ferait peur à vous), de faire clairement la distinction entre votre relation à lui, (toi, tu es mon petit enfant et je t’aimerai toujours) et celle que vous avez eu avec son père (tu sais ton papa je l’ai beaucoup aimé, mais vois-tu, maintenant c’est fini.) Et vous parviendrez d’autant plus à être claire avec lui que vous le serez avec vous-même. Dire la vérité, avec simplicité, afin que votre enfant sente que vous ne lui cachez rien (cela s’appelle ne pas faire un problème du problème.)
Ce n’est qu’ainsi que votre enfant pourra se sentir apaisé (sans problème donc sans questions) parce qu’il vous sentira en paix dans votre propre histoire (et sentira son père en paix dans la sienne.)
Les capacités qu’ont les parents qui ont été en conflits à s’ouvrir donc à « accepter ce qui a été » sont pour un enfant toujours très favorables.
Ce n’est pas nécessairement un problème que papa et maman ne vivent plus ensemble si – quand ils se rencontrent – ils ne se déchirent pas, s’ils peuvent communiquer, dialoguer et même, pourquoi pas, une ou deux fois par an partager un repas, pour leur enfant, lors d’un anniversaire ou d’une fête particulière.
Dans ce contexte, me dites-vous, les familles ne se parlent plus. Voulez-vous créer une complicité (plutôt qu’un tabou) avec votre petit enfant là-dessus ? « C’est vrai, grand-mère X ne veut plus voir grand-mère Y, il faut que tu saches qu’à l’époque où nous nous sommes quittés ton papa et moi, cela leur a causé de la peine, ils n’ont pas toujours bien compris, il y a eu des malentendus mais – à toi je te le dis et tu peux le voir – aujourd’hui les choses vont mieux avec ton papa. (C’est vrai que parfois, nous les adultes, nous sommes bien compliqués !) Les grands-parents – eux - ont encore un peu de mal à accepter, c’est pour cela qu’ils ne veulent plus se voir, pour le moment, il faut les comprendre. Pour le moment tu les vois donc séparément. »
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude jvkunst » Mardi 29 Jan 2008, 22:00

En parcourant le web je suis tombé sur une lettre écrite par cette femme demandant de l'aide pour trouver les bons mots aux questions que son fils de 4 ans lui pose déja; elle en est troublée

-Je suis divorcée depuis 3 ans et [color=black]mon fils de 4 ans commence à poser des questions sur les raisons de notre séparation[/color][/color] Une personne emplie de pédagogie dit -Faudrait-il donc que vous attendiez d’être « en paix » avec votre passé pour l’évoquer à votre enfant qui grandit et qui a besoin de savoir ? Certainement pas, les besoins de votre enfant sont prioritaires simplement parce qu’ils sont là. [/color]

Effectivement, on ne peut pas éviter les réponses. Dans ce contexte, sachons que la naissance de l'aliénation parentale ne traverse pas l'esprit du parent qui obtient la garde de l'enfant.(Pourquoi...se n'est pas un mystère!).


[color=black]-Pourtant votre enfant de 4 ans a le besoin et le droit de savoir ce qui s’est passé entre vous : son père et sa mère. Il s’agit pour vous de raconter - à votre fils que vous aimez - l’histoire de ses parents. De la lui raconter avec amour (donc sans risquer de cacher ce qui vous ferait peur à vous), de faire clairement la distinction entre votre relation à lui, (toi, tu es mon petit enfant et je t’aimerai toujours) et celle que vous avez eu avec son père (tu sais ton papa je l’ai beaucoup aimé, mais vois-tu, maintenant c’est fini.)[/color]

Quant deux êtres se se sont aimés, qu'ils ont fait des projets d'avenir, notament celui de faire un enfant, ce ne sont pas des banalitées ?!! Nous étions conscient et avions une confiance en nous à ce moment là ? non ?!


[color=black]-Et vous parviendrez d’autant plus à être claire avec lui que vous le serez avec vous-même. Dire la vérité, avec simplicité, afin que votre enfant sente que vous ne lui cachez rien (cela s’appelle ne pas faire un problème du problème.) [/color]

Il est donc inutile de créer des problèmes là ou il n'en existe aucuns. Mais la vie des aliénants (Relevant de la phsycatrie) ne permettent pas un équilibre familiale. Car c'est eux qui ne sont pas en paix avec eux mèmes !

[color=black]-Ce n’est qu’ainsi que votre enfant pourra se sentir apaisé (sans problème donc sans questions) parce qu’il vous sentira en paix dans votre propre histoire (et sentira son père en paix dans la sienne.) [/color]

Les choses doivent être toujours faites dans l'interêt de l'enfant. Le parent qui a la garde définie par le greffier, est elle justifier par un autre moyen que matériel ?!!! (tu peux être super aisé et être le ou la plus conne dans l'éducation, le JAF n'y verra que du feu si tu bleuff!)


Ce n’est pas nécessairement un problème que papa et maman ne vivent plus ensemble si – quand ils se rencontrent – ils ne se déchirent pas, s’ils peuvent communiquer, dialoguer et même, pourquoi pas, une ou deux fois par an partager un repas, pour leur enfant, lors d’un anniversaire ou d’une fête particulière.

Conclusion : Avec sincerité et respect des géniteurs du fruit de l'Amour les aliénant devraient prendre grandement conscience de ce qu'est l'éducation d'un enfant. Car il sera seul responsable de l'identification et contribuera de façon certaine à son devenir.

Aucun reproche pourrait être fait à l'égard du parent absent,oublié, rejeté qui n'a pas eu la chance d'élever son enfant ou de contribuer à son éducation et ses besoins juste par manque de moyen friqué ! aujourd'hui encore, il faut être plus crédible que demain auprès du JAF ! mais que savent ils de ses aliénants qui se jouent d'eux ?!!! que savent ils des traumatismes qu'ils causes,...
je m'arrête d'écrir pour aller g....mon 4h See you
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude jvkunst » Mardi 29 Jan 2008, 22:02

En parcourant le web je suis tombé sur une lettre écrite par cette femme demandant de l'aide pour trouver les bons mots aux questions que son fils de 4 ans lui pose déja; elle en est troublée

-Je suis divorcée depuis 3 ans et [color=black]mon fils de 4 ans commence à poser des questions sur les raisons de notre séparation[/color][/color] Une personne emplie de pédagogie dit -Faudrait-il donc que vous attendiez d’être « en paix » avec votre passé pour l’évoquer à votre enfant qui grandit et qui a besoin de savoir ? Certainement pas, les besoins de votre enfant sont prioritaires simplement parce qu’ils sont là. [/color]

Effectivement, on ne peut pas éviter les réponses. Dans ce contexte, sachons que la naissance de l'aliénation parentale ne traverse pas l'esprit du parent qui obtient la garde de l'enfant.(Pourquoi...se n'est pas un mystère!).


[color=black]-Pourtant votre enfant de 4 ans a le besoin et le droit de savoir ce qui s’est passé entre vous : son père et sa mère. Il s’agit pour vous de raconter - à votre fils que vous aimez - l’histoire de ses parents. De la lui raconter avec amour (donc sans risquer de cacher ce qui vous ferait peur à vous), de faire clairement la distinction entre votre relation à lui, (toi, tu es mon petit enfant et je t’aimerai toujours) et celle que vous avez eu avec son père (tu sais ton papa je l’ai beaucoup aimé, mais vois-tu, maintenant c’est fini.)[/color]

Quant deux êtres se se sont aimés, qu'ils ont fait des projets d'avenir, notament celui de faire un enfant, ce ne sont pas des banalitées ?!! Nous étions conscient et avions une confiance en nous à ce moment là ? non ?!


[color=black]-Et vous parviendrez d’autant plus à être claire avec lui que vous le serez avec vous-même. Dire la vérité, avec simplicité, afin que votre enfant sente que vous ne lui cachez rien (cela s’appelle ne pas faire un problème du problème.) [/color]

Il est donc inutile de créer des problèmes là ou il n'en existe aucuns. Mais la vie des aliénants (Relevant de la phsycatrie) ne permettent pas un équilibre familiale. Car c'est eux qui ne sont pas en paix avec eux mèmes !

[color=black]-Ce n’est qu’ainsi que votre enfant pourra se sentir apaisé (sans problème donc sans questions) parce qu’il vous sentira en paix dans votre propre histoire (et sentira son père en paix dans la sienne.) [/color]

Les choses doivent être toujours faites dans l'interêt de l'enfant. Le parent qui a la garde définie par le greffier, est elle justifier par un autre moyen que matériel ?!!! (tu peux être super aisé et être le ou la plus conne dans l'éducation, le JAF n'y verra que du feu si tu bleuff!)


Ce n’est pas nécessairement un problème que papa et maman ne vivent plus ensemble si – quand ils se rencontrent – ils ne se déchirent pas, s’ils peuvent communiquer, dialoguer et même, pourquoi pas, une ou deux fois par an partager un repas, pour leur enfant, lors d’un anniversaire ou d’une fête particulière.

Conclusion : Avec sincerité et respect des géniteurs du fruit de l'Amour les aliénant devraient prendre grandement conscience de ce qu'est l'éducation d'un enfant. Car il sera seul responsable de l'identification et contribuera de façon certaine à son devenir.

Aucun reproche pourrait être fait à l'égard du parent absent,oublié, rejeté qui n'a pas eu la chance d'élever son enfant ou de contribuer à son éducation et ses besoins juste par manque de moyen friqué ! aujourd'hui encore, il faut être plus crédible que demain auprès du JAF ! mais que savent ils de ses aliénants qui se jouent d'eux ?!!! que savent ils des traumatismes qu'ils causes,...
je m'arrête d'écrir pour aller g....mon 4h See you
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude jvkunst » Lundi 4 Fév 2008, 13:23

la lettre décrite plus haut est celle d'une femme saine de corps et d'esprit. :D
je peux pas m'empècher d'écrire quand l'envie me viens d'y penser. c'est une théraphie reconnue l'écriture, mais pas de façon aliénante !
peut-on écrire l'aliénation ? :evil:
peut on lui donner une connotation :?:
dans ces cas on peut la dénoter :!:
faire un tableau décrivant le contexte avec des couleurs contractées :lol:
Il y a une rubrique Art sur SOS papa il me semble !, ca aussi c'est une théraphie. J'ai beau oocuper mon temps, mais ne peux lutter contre mes pensées.
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude jvkunst » Lundi 11 Fév 2008, 11:17

Je peux prétendre à des droits, tous t'en ayant perdu provisoirement l'autorité parentale.
J'ai de nouveau besoin de votre aide. Je m'explique : la dernière conversation que j'ai eu avec la grand mère maternelle, ma laissé couac ! Elle m'a tout simplement et poliment dit, que c'est à lui maintenant de rentrer en contact avec moi ! pourtant je voudrais devancer les choses, et faire comme ont me l'a suggéré, rentrer en contact avec son école, et ainsi avoir un suivi sur l'enfant,.seulement je ne connais toujours pas à ce jour, ou mon fils et entrain d'étudier et encore moins ou il vie avec sa mère !, je n'ai que des suppositions. Je pense qu'ils se sont logés pas loin du domicile de la grand pa bel mère., connaissant zoé, la mère de mon fils doit se trouver dans le mème département. elle ne peut pas aliéner seule ! si j'étais novice sur SOS papa au début, ce n'est plus le cas ! Voilà, je m'en retourne à vous, j'attends patiemment vos conseils
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude themis3 » Lundi 11 Fév 2008, 13:33

Salut jvkunst,

Je viens de trouver une info en Suisse.
Ton cas comme le mien et comme beaucoup d'autres implique les grands parents.
Cela s'appelle Conflit generationnel ou conflit "tribal ".

Jean Luc Viaux expert a la court de cassation et maitre de conferences en paychopatologie a l'universite de rouen le decrit comme ceci:

[i]Les grand parents considerent leur fille/fils comme resté enfant a leur yeux. cet enfant devenu mere ou pere a son tour n'ont pas d'autonomie.

Ce type de conflit est facile a reperer car les parents du parent alienant interviennent directement dans le contentieux, et exercent en fait la fonction parentale a la place de leur enfant.
L'enfant-adulte ( le parent alienant ) est insuffisamment mature et s'etaye sur ses peopres parents pour mener son combat. Il entend que l'enfant reste dans "la famille"
la revendication de possession de l'enfant a pour fonction de faire cadeau de l'enfant a la generation precedente. Il appartient au clan.

Pour l'enfant, ce conflit est dificile car il y a un effacement de la difference des generations, une confusion parents/grands parents donc une annulation de la fonction parentale.
les enfants developpent assez souvent des troubles psychiques, qui sont nies, car attribues uniquement a la mauvaise education donnee par l'autre parent,( celui qui se trouve en quarantaine, toi , moi... ) et qui en se separant de son conjoint, ne se soumet plus a l'autorite de la generation d'avant.


Voila, tant que la mere de ton fils sera sous la coupe de ses parents, il sera difficile de faire bouger les choses tout seul.

Mais cela ne justifie pas que tu te laisses faire. Il faut que ton fils sache qu'il a des droits, en tant que fils de son pere. Il est urgent que le lien paternel soit reconstruit. meme symboliquement.
Donc, cherche a savoir ou il vit, ou il est scolarisé, je te conseillerais d'ouvrir un nouveau theme sur le forum pour demander comment proceder.Je pense avoir deja vu passer des reponses a ce sujet.
Bye for now, :wink:
Themis3
www.myspace.com/stop alienation parent-enfant
Meres et Peres main dans la main contre les destructrices/teurs d'innocence. Mais pas l'amour ...l'amour est indestructible.
themis3
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 60
Inscription: Samedi 29 Sep 2007, 12:13
Localisation: le coeur de mes enfants

Message non lude labelette » Lundi 11 Fév 2008, 20:48

bonsoir tout le monde
il reste la possibilité des mairies chaque mairie a NORMALEMENT un fichier pour ses habitants et les enfants scolarisés
si non demande à un ami de d'accompagner faire de l'espionnage ou il y a maintenant un fichier national de l'éducation national qui a été mit en place rétament que tu peux consulter sur le net tu y retrouve le nom et la classe ainsi que l'établissement fréquenté c'est tout news se fichier
bon courage
labelette
Posteur arrivant
 
Messages: 3
Inscription: Mardi 5 Déc 2006, 22:55
Localisation: haute savoie

Message non lude themis3 » Lundi 11 Fév 2008, 21:24

Je n'en suis pas certaine, mais je pense que le service scolarité de l'inspection academique du departement centralise toutes les inscriptions du departement pour ce qui est des ecoles publiques, pour le privé je ne suis pas certaine.
Il faudrait peut etre se renseigner directement aupres de l'academie, avec la preuve que tu as un devoir de surveillance sur la vie scolaire de ton enfant.
A partir du moment ou tu l'as reconnu a la naissance, tu as ce droit/devoir parental. Donc procure toi a l'etat civil un certificat de naissance ou apparait ton nom.
Mais bon, je ne suis pas sure a 100 % :roll: que l'Academie te renseignerait.
Quelqu'un a une autre idée?
Une fois que tu as trouvé son ecole, vas y avec prudence. J'ai fait l'experience de directeurs et proviseurs adjoints plutot bornés et qui s'etaient laisser manipuler comme des bleus par le pere de mes enfants , en depit des circulaires de l'Education Nationale, alors meme que j'avais l'autorite parentale, ..plutot eprouvant :cry: ..
mais bon, faut pas se laisser abattre! :?

Themis3
Meres et Peres main dans la main contre les destructrices/teurs d'innocence. Mais pas l'amour ...l'amour est indestructible.
themis3
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 60
Inscription: Samedi 29 Sep 2007, 12:13
Localisation: le coeur de mes enfants

Message non lude labelette » Lundi 11 Fév 2008, 21:47

Un peut plus d'infos::


Le ministère de l'Éducation nationale met en œuvre un système d'information pour aider à la gestion des élèves et au pilotage académique du premier degré.

Une partie des informations peuvent être partagées avec les communes, portant notamment sur les effectifs d'élèves et les différentes caractéristiques des écoles maternelles et élémentaires.

Dans le cadre de la loi organique relative à la loi de finances (LOLF), ces éléments aident à rendre compte avec exactitude des moyens utilisés et des résultats obtenus.

Pour en savoir plus sur les objectifs et les acteurs concernés, consulter (et utiliser vous-même) les diaporamas
les objectifs (297,50 ko)
les acteurs (315,00 ko)

Un projet national
Le système d'information comporte des bases de données destinées aux différents acteurs : directeurs d'école, mairies, inspecteurs de circonscription, inspecteurs d'académie. Les données concernent les élèves et leurs parcours scolaires (logiciel "Base élèves 1er degré") et les écoles maternelles et élémentaires (projet "Base écoles").

L'expérimentation de "Base élèves 1er degré" a débuté le 13 décembre 2004 sur un échantillon d'écoles de cinq départements : Essonne, Gironde, Loir-et-Cher, Orne et Puy de Dôme.

Au cours de l'année 2005, d'autres départements ont également démarré l'expérimentation : Hautes-Alpes, Haute-Vienne, Marne, Savoie, Pyrénées-Orientales, Val-de-Marne, puis Alpes Maritimes, Loire, Meurthe et Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Somme, Tarn, Territoire de Belfort, Vienne.

En 2006, se sont ajoutés tous les départements des académies de Toulouse et de Montpellier ainsi que : Bouches du Rhône, Calvados, Charente, Charente Maritime, Dordogne, Doubs, Drôme, Finistère, Haute-Savoie, Haute-Saône, Hauts-de-Seine, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Loire Atlantique, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Manche, Moselle, Oise, Seine Saint-Denis, Seine Maritime, Yvelines.

En 2007, l'ensemble des départements s'est engagé dans le déploiement de "Base élèves 1er degré".

Les précautions prises
"Base élèves 1er degré" a été déclarée à la CNIL par le ministère, après une phase d'information et de demande de conseil auprès de cette institution.

L'accès aux données nominatives est réservé aux acteurs locaux (directeurs d'école, mairies, inspecteurs de circonscription et inspecteurs d'académie directeurs des services départementaux de l'Éducation nationale), selon des procédures sécurisées.

Les rectorats et l'administration centrale n'ont accès qu'aux données anonymées afin de permettre des suivis statistiques.

et si non un peu plus simple il te reste a écrire en RAR à l'académie où tu crois que ton fils fait partie en leur demandant de bien vouloir te communiquer l'école de ton fils avec photocopie livret famille carte d'identité et jugement acte de naissance tout ce que tu peux fournir comme preuve en certifiant en mairie les documents
là j'ai plus dautres d'idées :lol:
bonne soirée
Dernière édition par labelette le Lundi 11 Fév 2008, 21:54, édité 2 fois.
labelette
Posteur arrivant
 
Messages: 3
Inscription: Mardi 5 Déc 2006, 22:55
Localisation: haute savoie

Message non lude charlyslr82 » Lundi 11 Fév 2008, 21:53

;)
Dernière édition par charlyslr82 le Mardi 31 Aoû 2010, 20:01, édité 1 fois.
Cédric FLEURIGEON
Étude et barème du ministère de la justice : http://pension-alimentaire.blogspot.com/
Consultant familial - aide à la co-parentalité et accompagnement : http://www.cfamille.fr
charlyslr82
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 34
Inscription: Jeudi 11 Oct 2007, 23:34
Localisation: Montauban (82)

Message non lude themis3 » Lundi 11 Fév 2008, 22:14

Ouahhh, :D c'est pas de l'entraide ça ? :D
D'ici peu tu sauras sur quels bancs d'ecole il use ses fonds de culottes ton fils.
Apres, il faudra y aller avec diplomatie.
L'Education Nationale ne badine pas avec le reglement ! A condition qu'elle les connaisse, alors documente toi bien sur les circulaires et autres lettres ministerielles:
Voir
http://eduscol.education.frD0097/autorite.htm
http://eduscol.education.fr/D0028/04.autorite.htm

Circulaire ministerielle n0 94-149 du 13 avril 1994
Lettre ministerielle du 13 octobre 1999
Lettre ministerielle du 22 novembre 2001

Bonne lecture..... :wink:
Meres et Peres main dans la main contre les destructrices/teurs d'innocence. Mais pas l'amour ...l'amour est indestructible.
themis3
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 60
Inscription: Samedi 29 Sep 2007, 12:13
Localisation: le coeur de mes enfants

Message non lude Maât » Mardi 12 Fév 2008, 9:56

et les N° en liste rouge ? tu fais comment ? :roll:
o povo unido ,jamais sera vincido !
Maât
Posteur débutant
Posteur débutant
 
Messages: 31
Inscription: Lundi 17 Déc 2007, 15:03
Localisation: 75

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron