Victime du SAP ou RAPT levez vous...

Témoignages et interventions relatifs à ce processus qui consiste à programmer un Enfant pour qu'il rejette un de ses Parents sans que ce ne soit justifié (visible par tous - post réservé aux enregistrés)

Victime du SAP ou RAPT levez vous...

Message non lude jvkunst » Lundi 8 Oct 2007, 13:05

Bonjour,
J'ai décidé de me lever, et de crier haut et fort l'ecxistence réelle de la
souffrance d'un parent victime de RAPT.
Enfin,...!, nous sommes reconnues en tant que tel, et non en bourreau. La cruauté d'un des 2 parents envers le fruit de l'amour, n'est que le produit de l'imagination d'une vie par le parent atteint du Syndrome d'Aliénation Parentale.Une pathologhie qui n'est pas rarissime, mais qui détruit totalement ou partiellement la vie d'une "victime".
Mon histoire n'est pas aliénable. C'est l'histoire d'un mec qui vis, respire et souffre des folies humaines. C'est l'histoire d'un mec qui en à mare de tirer sur la corde zen. Aujoud'hui comme hier je suis papa, et ne veux plus être victime d'un génocide social. Je me lève, tu te lèves, nous nous levons, et le parent privant fait le dos rond...
Non à l'absence, non aux manques, faisons valoir nos droits et appuyons nous sûr la non privauté des sexes....
J'ai besoin d'aide, Jordan à 13 ans et vit avec sa maman. Moi, je suis handicapé des suites d'un accident. Intéressant de paler d' handicap physique, non ? j'ai de la chance, je marche. mais mon combat dure depuis le premier anniversaire de mon fils. Ouais, enquête sociale oblige, je suis dans l'impossibilité de reçevoir mon fils.,Je deviens dingue...comment faire pour subvenir à ses besoins,... J'aime la vie, c'est sans doute cela qui va me permettre de tenir aussi longtemps, pour te rencontrer et apprendre à connaître mon fils...
Meci à SOSpapa. Franck V :)
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude Joë » Mardi 9 Oct 2007, 8:16

on le sait tous ca , on le sait!
et on se bat comme on peut a notre niveau!
on a déjà fait plein de choses mais quand il s'agit d'action sur place : pffffffffff plus personne.
difficile de faire chaqun dans son coin!
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude Pan » Mardi 9 Oct 2007, 10:39

C'est pourtant le moment d'agir, Il me semble qu'une commission est actuellement chargée de faire un rapport sur une eventuelle reforme de la justice. Ce rapport doit etre bouclé (voir baclé) pour le mois de janvier 2008.
Tout le monde a en memoire le rapport de la commission d'enquète de l'affaire d'Outreau. Si ce n'est pas le cas vous le trouverez ici :
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-enq/r3125.asp
Sauvegardez le, mon petit doigt me dis qu'il va disparaître bientôt.
Ce rapport met en evidence un certain nombre de carrences graves de la justice et la perte de confiance des francais (dont je fais partie) dans cette justice la.
Des propositions bien timides ont vu le jour, dont la responsabilisation des magistrats. Vous connaissez la suite, levée de bouclier du CSM et abandon pur et simple de ce point la, pourtant indispensable a mon sens.
Il confirme que, comme la majorité des francais, la justice n'a pas confiance en elle au point de refuser de s'y soumettre.
Les magistrats partagent donc l'impunité deja discutable du president de la republique.

La dictature c'est "ferme ta gueulle", la democratie c'est "causes toujours"
Pan
Posteur avancé
Posteur avancé
 
Messages: 52
Inscription: Vendredi 27 Juil 2007, 12:37
Localisation: vague

Message non lude Joë » Mardi 9 Oct 2007, 16:13

:roll: :roll: :roll:
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude Cédric » Dimanche 4 Nov 2007, 13:36

"Ce rapport met en evidence un certain nombre de carrences graves de la justice et la perte de confiance des francais (dont je fais partie) dans cette justice la".

oui, c'est-a-dire qu'elle est "frileuse", la magistrature. Elle ne prend pas de risque a donner tous les droits aux meres. Et l'affaire est close.
Cédric
Posteur arrivant
 
Messages: 7
Inscription: Mercredi 17 Oct 2007, 22:51
Localisation: Colombes

Message non lude jvkunst » Lundi 12 Nov 2007, 12:21

Que dois je faire ! Je suis touché dans ma chair et dans mon coeur.
Sans doute comme beaucoup d'entres vous qui visiter SOS papa.
Seuleument, voilà ce que je peux faire :
J'ai qu'une adresse ou envoyer du courrier toujours avec AR, (à l'intention de...mon fils) et le numéro de tèl ou je peux parfois joindre la mère de mon ex compagne, en espèrant joindre la mère de mon fils.
C'est mème pas la peine d'espérer un contact ou une conversation avec la pas belle mère. J'attends un coup de fil qui de viendra pas ! La question est de savoir pourquoi et de quel droit, une mère peu décider de garder son enfant et de se l'accaparer totalement sans foie ni loies ?
J'espère comme tous père dans l'espoir, voir mon fils. Il débarquera peu-être un jour de ses 18 ans, ou peu-être avant.
Tout les pères pense dans ce sens, un jour il sonnera à ma porte..
Mieux vos vivre dans l'espoir, que dans l'indiférence.
Je conclue ces écris en vous souhaitant de voir vos enfants....
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude Joë » Lundi 12 Nov 2007, 16:30

moi je ne comprends pas tous :oops:
tu as des DVH sur cet enfant?
tu verse une PA ?
tu as l'autorité parentale conjointe ?
elle est ou ?
tu es ou?
tu vis comment?
pourquoi ne pas recevoir ton fils etc...etc....
tu ne dis rien , on ne sais pas quoi te dire :oops:
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude jvkunst » Lundi 19 Nov 2007, 18:33

Altéa a écrit:moi je ne comprends pas tous :oops:
tu as des DVH sur cet enfant?
tu verse une PA ?
tu as l'autorité parentale conjointe ?
elle est ou ?
tu es ou?
tu vis comment?
pourquoi ne pas recevoir ton fils etc...etc....
tu ne dis rien , on ne sais pas quoi te dire :oops:


Moi non plus je comprends pas tous. Je ne rentre pas assez dans les détails.
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude Joë » Lundi 19 Nov 2007, 19:43

tu ne réponds toujours pas aux questions :lol: :wink:
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude jvkunst » Mardi 20 Nov 2007, 21:04

tu ne réponds toujours pas aux questions : Et si je réponds, tu pourras :shock: faire quelque chose ?
ou te contenteras tu de laisser du Gyphe, avec ceux qui rient jaunes !

Je sais pas par quoi commencer, parfois tous se brouille dans ma tête. Hier au soir, j'ai commencé à répondre a tes questions, il y avait beaucoup à lire, un début de roman ! et j'ai perdu mes écrits avec une mauvaise manip.
Je vais directement répondre à tes questions sans faire de détoure.
Ma compagne ma imposé de passer par les tribunaux si je voulais voir mon fils. J'ai rien compris. C'est dur de répondre à tes questions ! parceque je revis ce que je t'écris, et j'ai envie de crier de douleur....si tu savais comme je souffre!!! aujourd'hui plus qu'hier encore..
Alors elle ne ma pas donné le choix, je suis passé par les tribunaux pour faire valoir mes droits.
l'affaire jugé, j'ai obtenu tous les droits qu'un père pouvait prétendre en 1994. j'ai exercer un droit de visite tous les 15 jours chez mes parents, enquête sociale oblige ! et j'ai versé une pension tous les mois comme convenue par ordonnance du juge. Je suis partis habité une autre région un peu plus de 2 mois après la naissance de mon fils. J'ai trouvé un emploie facilement. Je remontais chez mes parents tous les 15 jours avec obligation du tribunal, d'aller chercher mon enfant et de le ramener au domicile de la mère avec ma propre mère...ça va, tu suis toujours ?
C'étais vraiment pas facile, l'enfant était complètement désorienté, il ne reconnaissait personne, les voies qu'il entendaient étais pas celle de sa mère..Nous avons alors convenu un droit de visite chez la mère. Je l'ai donc ecxercé chez mon ex compagne..mais pas longtemps, on est en août 1995. Je ramène l'enfant accompagné de ma mère, obligation du juge oblige, et là..je me mets en colère quant j'entens Zoé, je vais appeler mon ex ainsi, lance un : tu n'as qu'a assumer !
Je pête un cable, me maîtrise plus, et je pousse une chaise à terre de colère, casse un vase que je lui ai offert, et je pars. Les suites ont été dramatique. Non seulement elle porte plainte pour détérioration de biens mais aussi en profite pour retirer tous mes droits sur l'enfant. Ainsi depuis cet été mouvementé, je n'ai plus l'autorité parental et encore moins le droit de visite. ( c'étais un cauchemard avec mes parents) Je n'avais jamais envisagé en arriver là, je m'imaginais vivre ma vie de père auprès de la femme que j'aimais, que c'est t'il passé ?, je me pose la question tous les jours ! je n'ai pas de réponse aujourd'hui. Ma santé c'est soudainement dégradé dans les mois qui suivirent. Je me suis fais opérer de la colone vertébrale suite à des hernies discales en mars 1996 et me suis retrouvé handicapé poste opératoir. J'ai payé ma dernière pension alimentaire ce mème mois, et entre hôpital et réeducation je n'ai pas cessé d'essayer de joindre mon fils, je me battais, je me bas encore aujourd'hui, mais RIEN.. je n'ai jamais connu l' adresse de Zoé et mon fils, alors j'envoyais, pas toujours avec accusé de réception, des lettres, des colis pour noël à la seule adresse que je connais encore, celle de sa mère.
Je n'ai pas voulu quelques années plus tard, vers les 5 ou 6 ans de mon fils, prétendre à la réouverture du dossier. Pourquoi,.. ! par peur de déstabiliser l'équilibre de mon enfant, oui, j'ai jugé bon ne pas intervenir pour le bon fonctionnement de sa maturité, mais non seulement ..
Comment subvenir aux besoins de son enfant, quand t'on peu à peine subvenir aux siens. J'arr^te maintenant de me faire du mal, et je répondrai à tes autres questions avec plaisir, mais là..je dois mettre fin aux douleurs morales que j'endures. Merci de m'avoir lu... :shock:
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude Joë » Jeudi 22 Nov 2007, 15:31

ton histoire est dramatique , tu as mon soutien mais quoi faire maintenant?........
as tu tenter simplement de revoir un JAF pour retrouver au mois le partage de l'autorité ?
saches quand meme que meme sans autorité parentale , un parent garde un droit de surveillance! tu es donc en droit d'exiger de l'ecole l'envoie des notes de l'enfant déjà!
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude jvkunst » Jeudi 22 Nov 2007, 21:54

Merci, ton soutien virtuel me fais plaisir, et c'est bon de pouvoir écrire et se savoir lu. C'est vrai que ma vie jusqu'ici est un chemin de croix. J'ai de nature, un fort caractère, ça aide, mais c'est loin d'être suffisant.
Aujourdh'ui je fais un travail en amont avec une assistante sociale, je demande un logement plus grand (hyper dur en haute-savoie) et pouvoir l'herberger dans les règles d'une éventuelles enquête sociale, je prépare consciemment la venue de mon fils, elle se fera ainsi, car comme j'ai pu le dire à la mère que j'ai pu joindre par tèl le 3 juin dernier, je cite "je ne passerai plus par les tribunaux pour revoir mon fils". je pourrais passer par l'aide juridique, mais je ne me le souhaite pas, et puis à l'aube de ses 14 ans, la préadolescence, plus l'endocrinement de sa mère plus celuis de sa grand mère maternel me fais vite oublier cette possibilitée, j'irais droit dans le mur et je me ferais encore plus de mal que today.
Quant à obtenir les notes de classe de mon gamin,(je savais pas que je pouvais les demander sans autorité parentale), il faudrait que je saches ou ils habitent ! dans quel école est t'il ? J'aimerais tant savoir comment il travail à l'école, j'aimerais tant savoir qui il est, son caractère, ses goûts, se qu'il veut faire plus tard.., le plus important, la première question que j'ai posé à sa mère, je cite - est il en bonne santé ?. - il va très bien ! me répondit t'elle ! n'est ce pas la l'éssentiel ?! Mais comme tu dis, je vais essayer d'aboutir au JAF.., mais avant tout, je dois me reconstruire sentimentalement, mais surtout financièrement, je souhaiterais tant pouvoir subvenir à ses besoins..j'ai acheté un ptit quelque chose pour noël, que je vais envoyer à l'adresse de sa grand mère, et ce, toujours avec AR, je les empilent, oui je me suis malgrès tout occupé de mon fils.
Merci de me lire, je sais que tu aimerais en faire plus, mais comme moi, garde la foie, l'espoir de voir un jour nouveau, moi...j'y crois ! mais ma parole, c'est un travail de tous les jours...à bientôt de te lire
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude Joë » Vendredi 23 Nov 2007, 8:58

B - Le parent qui n’exerce pas l’autorité parentale dispose du droit de surveiller l’entretien et l’éducation de son enfant.

1 - Le bénéfice du droit de surveillance est de droit pour le parent d’un couple, divorcé ou séparé, qui n’exerce plus l’autorité parentale, sauf décision contraire du juge compétent. Il peut également être attribué par décision expresse du juge aux affaires familiales à un parent naturel qui n’a jamais exercé l’autorité parentale. En ce cas, la copie du jugement, ou tout au moins la partie de la décision dans laquelle le juge se prononce, c’est-à-dire le dispositif, sur les modalités de l’autorité parentale, est fournie au directeur d’école ou chef d’établissement.

Toutefois, même lorsque le droit de surveillance n’a pas d’existence juridique, il apparaît préférable de répondre favorablement à une demande d’information, dans la mesure où celle-ci démontre un intérêt réel du parent à l’égard de son enfant. Le parent titulaire de l’autorité parentale est informé de la communication de documents relatifs à l’éducation de l’enfant à l’autre parent, de manière à ce qu’il puisse saisir, s’il n’est pas satisfait de cette situation, le juge aux affaires familiales. Seule une décision de ce juge pourra faire obstacle à l’exercice du droit de surveillance.

2 - Le droit de surveillance s’analyse en un droit d’être informé, d’être consulté et de proposer, mais en aucun cas en un droit d’exiger ou d’interdire qui reste un attribut exclusif de l’autorité parentale.
Pour permettre au parent d’exercer ce droit, le chef d’établissement, et éventuellement le professeur principal, sont en contact avec ce dernier. Ainsi, ils lui transmettent copie des bulletins trimestriels et des documents relatifs aux absences de l’enfant (durée et motif), aux sanctions disciplinaires ou à son orientation, et plus généralement, aux décisions importantes relatives à sa scolarité. En revanche, il n’y a pas lieu de communiquer au parent tous les détails de la vie scolaire de l’enfant.

Anne-Marie LEROY Le directeur des affaires générales, internationales et de la coopération

A. BENMAKHLOUF, Le directeur des affaires civiles et du sceau

Quand on sait et constate dans notre société actuelle que les enfants de parents séparés sont de plus en plus nombreux... cette attitude dénote un manque d’adéquation ou de volonté d’adéquation avec la société actuelle et s’inscrit dans une attitude peu élogieuse en matière de respect des enfants (ici de parents séparés) tout en contribuant à "éduquer" ces enfants dans l’idée qu’ils n’ont plus qu’un parent, père ou mère, et leur infliger un tel modèle social.

"Carton rouge à ces personnels de l’Education Nationale !" alors même qu’il convient, en l’absence d’éléments contraires, de considérer que les deux parents exercent en commun l’autorité parentale et tous les droits et devoirs que cela leurs confèrent... il convient alors pour tous les établissements scolaires sans exception d’entretenir avec chacun des deux parents d’enfants séparés des relations de même nature, de manière totalement impartiale.


--------------------------------------------------------------------------------

Il existe bien sûr des recours à ces attitudes humainement injustes et contraires à l’intérêt des enfants.

Texte de référence : la circulaire en vigueur N° 94-149 du 13-4-1994 émanant du Ministère de l’éducation nationale, relative au contrôle de la scolarité des enfants naturels et légitimes par leurs parents

Cette circulaire a fait l’objet d’un rappel émanant de la Ministre déléguée de l’époque (Ségolène ROYALE) et adressé aux chefs d’établissements en Octobre 1999 ; en voici un extrait :

"... Je vous demande de rappeler dès maintenant aux chefs d’établissement et directeurs d’école l’obligation d’information qui leur incombe, sans exiger une demande préalable du parent chez lequel l’enfant ne réside pas...".

Ces recours sont plus ou moins longs selon la bonne volonté de vos interlocuteurs, qui doivent être successivement :

le Directeur d’établissement
l’Inspecteur de la circonscription (à laquelle appartient cet établissement)
l’Inspecteur d’académie et /ou le Médiateur académique
le Médiateur de l’Education Nationale

Voir la page du médiateur de l’Éducation nationale et des médiateurs académiques

Vous trouverez toutes les informations nécessaires à la saisine des médiateurs en cliquant ici.

et aussi et éventuellement

la CADA (commission d’accès aux documents administratifs)
le Médiateur de la république (procédure de saisine obligatoirement par un parlementaire)
le Ministre de l’Education Nationale
le Tribunal administratif...

Le conseil : N’écrivez pas directement à l’enseignant de vos enfants, vous vous exposeriez à ce que l’on vous fasse fièrement remarquer en réponse que le bon usage est de vous adresser au Directeur d’établissement !

Voici enfin quelques liens utiles :

Le site de l’Education Nationale Education.gouv.fr
Le calendrier des vacances scolaires
Lettre de la ministre déléguée à l’enseignement scolaire du 13 octobre 1999 (Ségolène ROYAL), relative à la transmission des résultats scolaires
Loi 2002-305 du 4 mars 2002, JO du 5 mars 2002, relative à l’autorité parentale
Le rôle et la place des parents à l’école
Modalités d’exercice de l’autorité parentale et conséquences pour l’Éducation nationale
Joë
Posteur d'honneur
Posteur d'honneur
 
Messages: 576
Inscription: Mercredi 2 Nov 2005, 0:38
Localisation: en croisade pour le pays de l'égalité parental

Message non lude jvkunst » Mardi 27 Nov 2007, 18:06

Tu ma envoyé des infos intéressantes. Seuleument, je ne veux pas avoir l'air de juste fliquer mon fils. Je ne vois pas l'interêt d'obtenir des notes ou un suivi comportemental par un tier, sans le voir !
Ce qui est important, c'est d'arriver à établir un lien direct avec lui. Dans l'attente de rencontrer le JAF, je ne peux rien faire si ce n'est garder une présence postale ! je suis content d'avoir pu joindre la mère, mème si mon fils à ses côtés disait, je cite : raccroche maman, je veux pas lui parler. Toujours selon les dires de la mère, moi je n'ai rien entendu. Je lui parlait directement au travers l'écouteur, sache que tu as un papa et je t'aime..
Ne saper pas un parent, un enfant se construit avec ses deux parents.
jvkunst
Posteur confirmé
Posteur confirmé
 
Messages: 339
Inscription: Mercredi 3 Oct 2007, 18:25
Localisation: 74

Message non lude labelette » Mardi 27 Nov 2007, 20:38

non Altéa a raison
si tu prouve pas ton intérêt pour l'enfant et que tu n'as jamais cesser de t'y intéresser
Le JAF ne reviendra pas sur une décision ordonnée dans le passé
pour voir ton fils va falloir que tu te justifie devant le JAF que tu ai un père exemplaire
malheureusement tu vas pas avoir le choix sauf si tu prouve que l'enfant est en danger et la mère ne peut plus s'en occuper dans ce cas se sera une mesure d'urgence
A+
labelette
Posteur arrivant
 
Messages: 3
Inscription: Mardi 5 Déc 2006, 22:55
Localisation: haute savoie

Suivante

Retourner vers Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron