OUTREAU : Communiqué de presse SOS PAPA

Nos archives des sujets d'actualité (lecture seule)

OUTREAU : Communiqué de presse SOS PAPA

Message non lude Super Papa » Mercredi 8 Fév 2006, 20:35

Communiqué de presse SOS PAPA
mercredi 8 février 2006

La JUSTICE FAMILIALE
Des centaines "d'OUTREAU"

SOS PAPA demande à être audité par la commission parlementaire OUTREAU


Aujourd'hui se déroule l'audition très médiatisée du Juge Burgaud par la commission d'enquête parlementaire sur le désastre de l'affaire dite "Outreau".

Cette "surmédiatisation" est très inquiétante car, comme l'ont déjà fait remarquer certains acquittés d'Outreau, on pourrait penser que le but visé est de faire oublier que c'est un "système" qui est responsable de ce désastre judiciaire et certainement pas le simple Juge d'Instruction Burgaud.

Le juge d'instruction BURGAUD a sans doute raison en affirmant que l'affaire d'OUTREAU s'est déroulée de façon tout à fait standard et conformément aux pratiques judiciaires habituelles.

Nous savons déjà que plus de 40 juges ont participé à ce désastre.

Mais ce que SOS PAPA tient à confirmer, c'est que dans nos pratiques Judiciaires, nous rencontrons régulièrement des "Affaires Outreau" tout aussi porteuses des mêmes erreurs judiciaires, de fausses accusations, de destruction de vie d'adultes mais surtout de destruction d'enfants.

En particulier, la justice de la famille et des séparations conflictuelles est un haut lieu "d'Affaires Outreau bis"

Cette "justice de la famille" regroupe, bien entendu la "Justice Familiale" ,autorité parentale et divorce mais également la Justice pénale pour ce qui est des vraies et fausses accusations de violences et d'attouchement ( en proportion de 50/50% ), et des non-représentations d'enfant et enfin la justice des mineurs pour ce qui concernent les maltraitances physiques et surtout psychologiques ( SAP ) exercées sur les enfants pris en otage dans les procédures.

Dans ces justices, nous retrouvons tous les symptômes de l'affaire tristement célèbre d'Outreau :

- fausses accusations de violences ou d'attouchements sexuels faits par des parents
- Accusations portées en utilisant les enfants ( manipulation, influences dominantes, SAP, menaces, mise en situation de conflit de loyauté )
- Juge qui écoute aveuglement les paroles de l'enfant et place ce dernier en position de "Juge Ultime" : c'est l'enfant Roi.
- pseudo expert psy qui, après moins d'une heure "d'interrogation" de l'enfant sans aucun témoin, sans aucune méthodologie validée, sans enregistrement et surtout hors contexte ( l'enfant n'est au contact QUE du parent accusateur à ce moment de l'audition).
- Les enfants sont séparés des parents accusés ( malgré l'absence de preuves, par "précaution" )
- La fausseté des accusations n'est comprise et démontrée QUE quelques années plus tard
- Lorsqu'il est enfin compris de tous que les accusations étaient fausses, il est trop tard, les enfants sont détruits, les parents victimes aussi ( financièrement et moralement ), et les parents "accusateurs" ont perdu toute crédibilité y compris vis-à-vis des enfants ( donc toute autorité )
Les juges et l'ensemble du système ( experts, enquêteurs sociaux; ) ferment alors les yeux et tout le monde se "protège" mutuellement

Quelles sont les différences entre l'affaire Outreau et toutes ces affaires familiales bien connues de SOS PAPA ? :

- Les affaires familiales se traitent à huis-clos, sans spectateurs, sans médias
- Il y a rarement d'aveux publics car, contrairement à Outreau, les accusateurs ( accusatrices ) sont rarement en prison au moment des appels, bien au contraire, ils (elles) vivent alors dans la maison familiale au milieu des enfants devenus demi-orphelins. Elles n'ont donc aucun intérêt à avouer quoi que ce soit.
- Il n'y a pas d'enquêteurs indépendants et professionnels. En Justice Familiale, ce sont des "enquêteurs sociaux", dépendants d'associations ayant des intérêts mercantiles directs de dépendance avec le Juge qui les mandate. Ces associations sont directement bénéficiaires des mesures qu'elles "recommandent" ( point rencontre, médiation familiale, AEMO etc )
- En "justice familiale" il n'y a pas de juge d'instruction pour rechercher, à charge et à décharge la vérité du dossier et des accusations très régulièrement portées.
- Il n'y a pas non plus de présomption d'innocence si l'affaire reste au niveau du JAF. Le maître mot est alors "la mesure de précaution" sachant que l'on considère que détruire l'image d'un père et ses relations avec l'enfant est "un moindre mal" relativement secondaire.
- Il n'y a aucun suivi des conséquences de ces erreurs nombreuses sur les victimes et en particulier sur les enfants, aucune statistique, aucune mesure corrective, aucune "commission parlementaire".

Il est donc vital de ne pas se tromper de cible.

C'est bien le fonctionnement de la justice dans son ensemble (et pas uniquement de la justice pénale) qu'il faut réformer en profondeur.
Dès que des enfants sont enjeux, au milieu d'un conflit d'adulte (comme à Outreau) il faut une prudence, des moyens, une formation des intervenants, une méthodologie qui n'existent pas aujourd'hui.
Dès qu'il y a des enfants, il faut séparer la mise en sécurité des enfants de la recherche de la vérité, il faut que ces mises en sécurité ne préjugent pas de la réalité des éventuelles accusations portées ( fausses dans la moitié des cas et donc vraies dans l'autre moitié des cas ).

A OUTREAU, les vraies victimes sont les enfants, violés ? violentés ? puis : portés au rang de Roi, de Juges suprêmes, de grands maîtres de la situation, d'accusateurs publics puis traînés dans la boue, culpabilisés à outrance séparés définitivement de leur parents qu'ils ont eux mêmes accusés : comment vont-ils pouvoir vivre cela ?

Je tiens à dire à ces enfants d'Outreau : "vous êtes innocents, certes vous avez menti, certes vous avez volontairement menti, mais JAMAIS on aurait dû vous poser ces questions, jamais on aurait dû vous faire porter une telle responsabilité. Ceux qui sont responsables sont les adultes qui, fuyant leurs responsabilités de juges ou d'experts, s'en sont remis à des enfants pour "dire la vérité".

Mais, ces "Outreau" sont très nombreux dans notre France. Les enfants victimes sont très nombreux également : 40% des enfants ont des parents séparés, dans 20% des cas, cette séparation est conflictuelle et basée sur "des révélations" d'enfants.

C'est notre jeunesse qui est en danger.
Et notre jeunesse, c'est l'avenir de la France.

C'est pourquoi, SOS PAPA rencontre, vendredi 10 février le Ministère de la Justice, dans le cadre de cette Affaire Outreau.

C'est pourquoi SOS PAPA demande à être entendu par la commission parlementaire d'OUTREAU.


SOS PAPA demande à être entendu pour que cette commission OUTREAU n'accouche pas d'une souris en faisant porter la responsabilité de ce désastre au seul Juge Burgaud, pour que de véritables reformes soient mises en place.

SOS PAPA est quotidiennement confronté à des "affaires Outreau" dans lesquelles il y a pas de "Juge Burgaud" mais qui se soldent par les mêmes désastres.

Alain Cazenave
Président de l'Association Familiale SOS PAPA
Super Papa
 

Retourner vers Nous en avons parlé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron